Attention : Vous vous trouvez sur la nouvelle version d'Enseignons.be présentée ici par son président. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous le signaler via notre formulaire de contact..
25 Mai 2008

Les jeunes incapables de s’informer sur le net

Les étudiants qui arrivent dans l’enseignement supérieur seraient incapables d’effectuer des recherches documentaires et informationnelles, y compris via Internet ((Source : Le Soir-21.05.08)). C’est à cette conclusion pour le moins amusante mais préoccupante que sont arrivées l’ASBL Edudoc et le Conseil inter-universitaire francophone (CIUF). Amusante parce que les 1.865 jeunes qui ont répondu à l’enquête sont pourtant des habitués de Google, MSN ou Wikipédia. Mais malgré qu’ils baignent dans l’univers du Net depuis déjà quelques années, ils n’obtiennent qu’une note moyenne de 7,67 sur 20. Pire encore, 93% d’entre eux ne décrochent pas la « satis ».

On pourrait penser que ce sont les étudiants qui disposent d’une connexion Internet à domicile qui réalisent le meilleur résultat. Tout faux! Ce sont eux qui se trompent le plus lourdement. Parmi les erreurs commises le plus souvent, citons le recours systématique à Internet aux dépens des ressources traditionnelles de la bibliothèque (ils ne sont que 1,2% à indiquer avoir recours aux bases de données bibliographiques). Et pourtant, ce ne serait pas très grave si ces jeunes ne prenaient pas pour argent comptant la première information relayée par les moteurs de recherches. Pour Paul Thirion, codirecteur de l’étude et président de la bibliothèque du CIUF :

Il existe des outils de très haut niveau sur Internet, mais il faut pouvoir les dénicher sans se laisser attirer par les fausses pistes.

Question éthique, c’est la catastrophe. Moins de 15% savent qu’ils doivent toujours identifier une source, même lorsque leurs informations proviennent d’une page web. Et on s’étonne que les universités et les Hautes Ecoles doivent s’équiper de logiciels anti-plagiats pour scanner les travaux de fin d’études.

Une information est de qualité? Elle sera jugée comme telle si le site est accessible rapidement. Vous avez dit manque d’esprit critique? Et on ne parle pas encore des « opérateurs booléens » ou des « mots clés« … c’est le désert total!

Les jeunes indiquent encore préférer la télévision aux livres pour trouver leurs informations. On croit rêver.

L’étude révèle encore que les résultats des jeunes s’améliorent en fonction du niveau d’enseignement de la mère. Celui du père est moins influent. Les étudiants dont la mère est universitaire connaissent des lacunes moins sévères que ceux dont la mère n’est pas universitaire.

Les étudiants qui affichent les résultats les plus élevés? Les étudiants en littérature ou en sciences exactes. Les plus mauvais? Les futurs instituteurs et régents.

Les responsables de l’étude vont informer les ministres en charge de l’enseignement.

Nous plaiderons pour le renforcement des cours de recherche documentaire dans l’enseignement supérieur alors que nous ne sommes pas sûrs, actuellement, qu’ils soient maintenus. Nous souhaitons la généralisation des formations à la recherche documentaire dans l’enseignement secondaire.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.