Un cours de citoyenneté verra bientôt le jour

EcoloL’accord de majorité révélé jeudi (voir notre article du 18 juillet) l’a finalement couché noir sur blanc : avant la fin de la législature, les écoles primaires et secondaires de l’enseignement officiel (pour l’heure, on ne parle pas du réseau libre dans le texte… mais y échappera-t-il? La Communauté française a le pouvoir d’imposer à toutes les écoles un nouveau cours à glisser dans leurs grilles) dispenseront un cours commun d’éducation à la citoyenneté, dans le respect des principes de la neutralité, en lieu et place d’une heure de cours de religion ou de morale non confessionnelle.

Seulement une heure de religion/morale par semaine

Voilà des années que la question des cours dits philosophiques alimente les débats. Les libéraux réclamaient depuis longtemps l’introduction d’un cours de philosophie au 3e degré du secondaire, qui se serait ajouté aux traditionnelles périodes de religion. Le cdH, lui, défendait l’existence de ces cours philosophiques (on ne touche pas aux deux heures hebdomadaires pendant toute la durée de la scolarité), en proposant plutôt la mise en place d’un « tronc commun » à toutes les « confessions/convictions » qui devait permettre à chaque enseignant, de développer « la pensée rationnelle, logique, argumentative et philosophique. »

Les socialistes – pourtant pressés par les associations laïques – avaient mis du temps à se faire une religion (excusez, elle était facile). Supprimer purement et simplement le cours de religion revenait à nier la Constitution ainsi que le Pacte scolaire. Mais il n’est écrit nulle part que deux heures de ce cours doivent obligatoirement être dispensées chaque semaine. Cela peut être plus… ou moins. Ici, ce sera moins.

PS et cdH peuvent remercier Ecolo

Détail piquant, c’est la formule d’Ecolo (qui se retrouve aujourd’hui dans l’opposition) qui a été récupérée par la majorité PS-cdH. En mai 2013, le parti proposait déjà de diminuer d’une heure le volume horaire des cours de religion et morale pour permettre la création d’un cours de philosophie (qui serait donné par blocs de deux heures tous les quinze jours) pour tous les élèves.

Aux yeux des Verts, leur proposition va plus loin que celles du MR. Elle concerne 100% des élèves là où les libéraux ne veulent un cours de philo qu’à la fin des études secondaires… un cours qui s’ajoute aux traditionnelles périodes de religion et morale… et qui aurait donc un coût non négligeable en cette délicate période budgétaire. L’idée est finalement un habile compromis entre ceux qui défendent bec et ongles le maintien des cours philosophiques (pour des raisons idéologiques, budgétaires ou d’emplois) et ceux qui souhaitent remiser les cours de religion au placard (mais du coup, on supprime aussi le cours de morale).

La déclaration de politique communautaire assure que la réforme n’entrainera aucune perte d’emploi. Reste à travailler un programme, discuter de l’application pratique de ce cours (un professeur de religion/morale pourra-t-il donner cours aux mêmes élèves en morale et citoyenneté?) et voir si le gouvernement mettra en place une formation spécifique pour les futurs professeurs d’éducation citoyenne, imposera un « recyclage » aux enseignants déjà en poste… Le CEDEP (Centre d’étude et de défense de l’école publique, qui regroupe 12 associations laïques (FAPEO, CAL, CGSP-Enseignement, etc.)) a déjà dit tout le mal qu’il pensait du fait que ce soit les actuels profs de morale et de religion qui prennent en charge ce nouveau cours. « Leur formation les destine à enseigner une manière de penser… et non de faire une approche, avec les élèves, des différentes manières de penser… » écrivait-il à l’époque. Sur ce point, il ne sera pas suivi… Sera-t-il vraiment satisfait?