Attention : Vous vous trouvez sur la nouvelle version d'Enseignons.be présentée ici par son président. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous le signaler via notre formulaire de contact..
23 Oct 2014

Quand RTL-TVI fâche les enseignants

RTL2Une institutrice maternelle qui ne presterait que 21 heures par semaine dans sa classe, un régent qui ne travaillerait, lui, qu’un peu plus de 18h. Le reportage consacré hier par RTL-TVI, aux « avantages » et « inconvénients » du métier d’enseignant aura gâché la soirée de plus d’un professeur. Voyez plutôt :

  • Un(e) instituteur/trice maternelle –> 21h/semaine
  • Un(e) instituteur/trice primaire –> 20h/semaine
  • Un professeur au secondaire inférieur –> 18,3h/semaine
  • Un professeur au secondaire supérieur –> 16,6h/semaine

La charge horaire d’un enseignant est de 50 minutes

Sur le fond, il n’y a rien à dire sur les chiffres. Ramassée en heures de 60 minutes, la charge horaire de nos collègues ne semble pas bien lourde. Un enseignant dans le degré supérieur passe bien, à temps plein, 16,6 heures face à ses élèves, ce qui correspond à 20 périodes de « 50 minutes ». Mais la manière dont la chaîne privée a présenté ces chiffres a profondément blessé les enseignants, qui y ont vu une nouvelle charge contre leur profession. Après trois minutes, le message était clair : les profs bossent peu, profitent de nombreux avantages et s’accrochent à leur retraite dorée de parfaits petits fonctionnaires.

« Officiellement, c’est 22 heures de 50 minutes… et si on divise pour arriver à des heures de 60 minutes on arrive bien à 18,3h pleines. Mais voilà, on oublie de compter nos heures de fourches, nos heures « gratuites » et nos préparations, nos corrections, nos conseils de classe, les réunions de parents et j’en passe… » explique Jonathan, professeur de mathématiques, sur notre page Facebook. En quelques minutes, ils sont des centaines à dénoncer l’amalgame, le raccourci douteux de la télévision luxembourgeoise. Ils rappellent que l’enseignement, ce n’est pas un travail de bureau… qu’être face à vingt-cinq enfants tous les jours peut aussi être fatiguant et qu’au-delà des heures citées, ils assument encore la préparation des fancy-fairs, des journées portes ouvertes… organisent et participent aux voyages scolaires… Et puis il y a ceux qui travaillent dans deux, trois… ou même huit écoles différentes, qui perdent parfois plusieurs heures par semaine dans leur voiture ou les transports en commun.

Un métier si attractif?

Contactés par leurs affiliés, les syndicats ont cru bon de réagir, afin de remettre les pendules à l’heure. C’est la CSC qui est la première à sortir un communiqué de presse, suivie quelques heures plus tard par la CGSP.

« D’après le reportage de RTL, le métier d’enseignant apparaît idyllique : des prestations réduites, une bonne rémunération, des fins de carrière et une pension avantageuses… Nos affiliés expriment leurs rancœurs suite à cette désinformation. »

« Les enseignants, rappelle Eugène Ernst, Secrétaire général du syndicat chrétien, n’ont aucun avantage extralégal : pas de chèque repas, pas de voiture de fonction, pas d’assurance hospitalisation… Pour donner cours, la plupart achètent leur matériel : PC, imprimante, livres… Et en matière de pension, pas d’assurance-groupe pour compléter la pension légale. Des conditions de travail difficiles et une charge psychosociale qui génèrent stress, hypertension, dépressions… Si le métier était si attractif, pourquoi constate-t-on autant de départs en début de carrière ? Pourquoi doit-on faire face à une telle pénurie dans beaucoup de fonctions? »

« A l’heure où les enseignants, comme tous les citoyens du pays, se mobilisent pour défendre leur pouvoir d’achat et leurs conditions de travail, il est indécent de stigmatiser leur profession », regrette pour sa part Pascal Chardome, président de la CGSP-Enseignement.

RTL-TVI a-t-elle bien compris le message? La chaîne commerciale a à nouveau tendu son micro aux enseignants pour le journal télévisé de ce jeudi soir. Les chiffres de mercredi ont été nuancés. L’incident est clos.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.