Attention : Vous vous trouvez sur la nouvelle version d'Enseignons.be présentée ici par son président. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous le signaler via notre formulaire de contact..
06 Mai 2015

Dispense des cours philosophiques : c’est le chaos!

MoraleLes jours passent… et la situation se complique à chaque fois un peu plus. Mardi, la Ministre de l’Éducation Joëlle Milquet menaçait de reporter à 2016 la dispense des cours de religion, agacée par l’attitude de la Fapeo (association des parents de l’enseignement officiel), qui a invité les parents à ne pas choisir, pour leur enfant, le cours de religion ou de morale pour la prochaine rentrée scolaire. Deux pou­voirs organisateurs de l’officiel ont d’ailleurs embrayé, en envoyant une lettre à toutes les communes leur demandant de relayer la lettre de la Fapeo.

Le coup de force de la Fapeo

En militant pour le cours de « rien », ces parents espèrent forcer le ministère à prévoir une alternative aux cours philosophiques – de la remédiation (c’est le minimum) voire deux heures de citoyenneté obligatoires. Le problème, c’est que le budget ne permet pas, pour l’heure, d’imaginer un « nouveau cours » au cas où les demandes de dispenses seraient très importantes. Une simple étude ne pourrait plus être organisée pour accueillir les élèves.

Si l’appel de la Fapeo est massivement suivi, les écoles vont au-devant de grandes difficultés. D’où la nécessité de calmer le jeu et de rappeler que le décret sur l’organisation de la dispense pourra peut-être attendre une année de plus. Il y a fort à parier que cette décision sera actée lorsque les chiffres définitifs (qui envisage – car l’enquête n’est pas contraignante – de suivre quel cours) auront été communiqués par les établissements.

Des conséquences pour l’emploi

La marche arrière ainsi « suggérée » devrait rassurer les enseignants, eux qui craignaient pour leur emploi. La Ministre avait bien promis de ne pas laisser les enfants « dispensés » inactifs… mais on voyait mal ce qui aurait pu leur être proposé. Demander aux professeurs de religion et de morale (les nommés mis en disponibilité ou les temporaires en pertes d’heures) d’organiser un encadrement aurait été contraire à l’esprit de l’arrêté de la Cour constitutionnelle. Solliciter d’autres profs de l’école, en charge des cours généraux? Le risque existe alors que les premiers cités perdent leur travail.

Quoiqu’il arrive, des heures de religion et morale passeront à la trappe en septembre prochain. Pour les enseignants temporaires et les candidats à la nomination, le volume d’heures vacantes aurait été réduit de moitié, afin d’anticiper les nombreuses défections à venir. Les commissions zonales devront en tenir compte, comme le service des désignations, chargé d’affecter les enseignants dans les écoles.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.