Décret "Robin des Bois" : une idée de l'Olivier

C’était une fuite dont Marie-Dominique Simonet se serait bien passée. Car, malgré les vacances, son idée d’aider les écoles faibles en ponctionnant les plus « riches » ne passe pas. Les syndicats et les profs sont unanimes : c’est non! Et même durant les congés, les réactions sont virulentes. Hier, la CSC-Enseignement, par la voix de Prosper Boulangé, dénonçait déjà l’avant-projet de décret. La CGSP n’est pas en reste. Son président, Pascal Chardome, note que « Robin des Bois, il ne volait qu’aux riches ». Il invite le gouvernement à repartir d’une feuille blanche.

En ponctionnant 60% des écoles – plus d’une école sur deux donc -, ce n’est plus Robin des Bois. C’est un hold-up généralisé. On savait que l’idée était dans l’air. Mais pas dans cette mesure-là. Si on ajoute à ça les autres mesures – réduction de l’emploi dans le maternel, utilisation de l’emploi enseignant pour l’aide aux directeurs, non, c’est inacceptable.

La ministre a aussitôt bondi pour tenter d’éteindre l’incendie. L’idée du système Robin Des bois figurerait dans l’accord gouvernemental.

Je n’ai pas profité d’un lundi de Pâques pour imaginer ce système ; la mesure figurait dans l’accord de gouvernement afin de financer les derniers 25 millions d’euros prévus dans le cadre du décret ‘encadrement différencié’ voté en avril 2009 et dans la feuille de route du gouvernement.1

Faux! L’idée est bien née en juillet dernier et aurait fait l’objet d’un accord entre les présidents du PS, du CdH et d’Ecolo selon le journal Le Soir. Tout ceci avant que Mme Simonet ne soit désignée ministre de l’Enseignement obligatoire. Mais cet accord n’a jamais été rendu public. Tout au plus peut-on trouver des notes rédigées en juillet 2009 et balisant les « trajectoires budgétaires » de la Communauté française. Aussi, nous pouvons dire que l’idée vient bel et bien de l’olivier… mais l’avant-projet est du Marie-Dominique Simonet pur jus.

Les écoles en difficulté pas encore identifiées

Pour identifier les écoles défavorisées (évaluées à 25 % du nombre d’écoles) qui bénéficieront des aides en question, le décret de 2009 prévoit qu’une étude universitaire intègre les indices socio-économiques (fédéraux) des quartiers où habitent les enfants fréquentant ces écoles. Mais cette étude n’ayant pas été lancée avant l’arrivée de Mme Simonet et la Banque Carrefour ayant tardé à communiquer ces indices, l’étude n’a pas pu être terminée dans les délais prévus et est en cours d’achèvement.

Le gouvernement devrait prendre connaissance de ce texte le jeudi de la rentrée. Les contacts, au niveau politique, ont déjà eu lieu entre les cabinets. Si l’idée de la ministre devait faire consensus, il n’est pas impossible que les deux autres partenaires cherchent à modifier certaines modalités d’application. Ainsi, le PS voudrait réduire le nombre d’écoles contributrices – aujourd’hui fixé à 60% – et augmenter la participation de chacune. Simonet refuse, faisant valoir qu’une implication d’un grand nombre d’établissements signifie aussi une ponction moins douloureuse pour ces derniers.2

Mais l’Olivier souhaite-t-il vraiment croiser le fer avec les enseignants alors que le décret « Inscriptions » n’est pas encore dans son dos? Ne peut-il pas craindre que cette mesure ne dresse les écoles les unes contres les autres? Et le CdH va-t-il oser défier les écoles du réseau libre, écoles jugées plus « riches » que les autres? Enseignons.be espère que cette mesure ne sera pas étouffée pour revenir l’année prochaine…

  1. Belga – 12.04.10 []
  2. Le Soir – 13.04.10 []

Commentaires

  1. Gomme dit :

    Égalitarisme !
    S’il y a des pauvres (pardon, des démunis – copyright RTBF), c’est parce-qu’il y a des riches.
    « Tuons » les riches.
    L’argent, c’est mal.
    Celui qui en a beaucoup l’a obtenu en en privant un ou des autres.
    C’est sur ce malentendu (qui s’explique par le christianisme et le non enseignement des bases fondamentales de l’économie), que tout repose en Communauté Wallonie-Bruxelles.
    C’est une des raisons qui explique que la Wallonie se maintient dans son déclin économique et donc social.
    Pour les chrétiens, la richesse est insupportable puisqu’il y a pauvreté ; pour les juifs, la pauvreté est tout simplement insupportable (d’après Jacques Attali).
    Exemple : Un des attendus d’une Juge dans la région de Charleroi, récemment…)
    Le gouvernement de centre/gauche/gauche est logique avec lui-même, finalement.
    Les électeurs en ont pour leur argent.
    Et l’enseignement libre, le mieux géré et le moins financé va encore trinquer.

  2. jpp dit :

    on cherche 25000000 pour l’enseignement et dans le même temps la Belgique donne 1 milliard à la grèce…cherchez l’erreur

  3. Cri dit :

    Au lieu de tirer les « écoles favorisée » vers le bas, il serait plus intelligent de tirer TOUTES les écoles vers le haut..

    Mais ça c’est trop dur, c’est plus simple les vases communiquant.. Voilà à quoi est réduite la politique belge.

  4. QUEVY dit :

    Voilà une bonne idée, prendre aux riches pour donner aux pauvres, qui sont malheureusement de plus en plus nombreux ( LES PAUVRES) s’entend. Elle devrait être appliquée dans tous les domaines.

  5. Décret Robin des bois ! La Belgique est de plus en plus ridicule ! L’enseignement, c’est l’avenir de tous ! Personne ne peut y échapper. Inconcevable qu’un pays se coupe les pattes à ce point. Il faut trouver de l’argent ? Pourquoi pas dans l’Enseignement qui est un secteur qui n’en a pas ! Logique ministérielle et partisane d’une bêtise crasse comme c’est pas possible.
    Trente ans que je suis prof, et je ne connais pas d’école riche. Il doit bien y en avoir une ou deux, celles fréquentées par les « élites qui nous gouvernent »… mais les autres, toutes les autres ? C’est d’un triste. Donner aux pauvres en poncionnant lesmoins pauvres. Les ministres vont et viennent , nos écoles restent, vieillissent et pourrissent faute d’argent. Il arrive que les ministres nous rendent visite : mais rencontrent-ils les acteurs de l’enseignement ? J’en doute de plus en plus. Vivement les prochaines élections… si ça sert encore à quelque chose dans ce pays. Allez, du balai…

  6. Xavier dit :

    Patrick,

    Les dernières élections ont eu lieu après la gestion de Marie Arena qui n’a pas remporté beaucoup d’avis positifs.

    Vous avez vu quelque chose changer?

  7. Biermans dit :

    Qui se tracasse pour nos enfants ?

    Nos trop nombreux mandataires politiques (oufti, il y a moyen de faire de fameuses économies de ce côté) sont empêchés de gérer en bon père de famille par de trop nombreuses contraintes. Celles-ci sont d’ordre électorale, partisane, de clocher ….

    Alors les enfants pffff ce sont les moins importants dans l’ordre des priorités à courtes vues.

  8. pascal dit :

    Qu’est-ce qu’une école riche ?

    Une école reçoit des heures NTPP en fonction du nombre de ses élèves, pas en fonction du salaire des parents.
    Une école reçoit des subsides en fonction de ce même nombre d’élèves, pas en fonction de…

    D’où vient cette « richesse » ?

    Des fancy-fair ? Des foires au boudin ? Des soupers ?
    Si c’est le cas, c’est que des profs s’y investissent et donnent de leur temps. Cet argent récolté, il est bien normal que les écoles le dépensent comme elles l’entendent non ?

  9. elia dit :

    Et si on se réveillait ? Ne serait-il pas temps de nous faire entendre ?
    Combien de temps allons-nous encore nous laisser manipuler sans broncher ?