Baromètre 2010 : Usages des TIC dans l'enseignement

Ordinateur écoleAujourd’hui vient d’être publié le baromètre TIC 2010. L’enquête menée par l’AWT (Agence Wallonne des Télécommunications) a porté son regard pour la première fois cette année sur l’école et les nouvelles technologies. Près de 1741 questionnaires de l’ensemble des niveaux du système éducatif entre l’école primaire (non compris le maternel) ont couvert 2 points principaux1 :
  1. L’équipement informatique des écoles
  2. L’usage pédagogique des TIC
  3. Analyse et annexes

Pour ceux qui ne sont pas intéressés par le détail de l’analyse, les constats posés au terme de l’analyse de l’enquête réalisée par l’AWT en décembre 2009 sont, pour le moins, interpellants sinon inquiétants :

• Avec 8,5 ordinateurs pour 100 étudiants dans l’enseignement de plein exercice, alors que la moyenne européenne se situe à 11,4, la Wallonie se situe clairement en dessous du niveau atteint, voici plusieurs années déjà, par les pays voisins;

Moins d’un quart de ces ordinateurs sont récents (âgés de moins de deux ans et demi);

• Les vidéoprojecteurs sont peu nombreux tandis que les tableaux numériques interactifs ne se rencontrent qu’exceptionnellement dans les classes, alors que plusieurs de nos voisins (Grande-Bretagne, Pays-bas, France, etc.) équipent massivement leurs classes avec ces outils;

• Les connexions Internet des écoles sont souvent insuffisantes pour permettre un usage confortable des contenus multimédias qui enrichissent les produits éducatifs et les échanges visuels entre classes;

• Les moyens affectés pour financer une personne ressource TIC dans les écoles sont unanimement jugés insuffisants et, d’ailleurs, cette personne-ressource n’existe que dans une école sur deux;

• Les enseignants formés sont peu nombreux et la participation aux programmes de diffusion et d’exploitation des TIC reste limitée, voire anecdotique;

• Les TICE figurent dans le projet pédagogique d’un bon quart seulement des établissements

Recommandations de l’AWT pour une meilleure intégration des TIC à l’école :

  1. Poursuivre et compléter l’équipement des écoles en :
    • accélérant le déploiement du plan Cyberclasse
    • améliorant la connexion Internet
    • préparant Cyberclasse 2.0 (avec des classes connectées-
  2. Engager une politique de formation (initiale et continuée) ambitieuse et effective de tous par :
    • une formation spécifique des directions et inspecteurs
    • un meilleur équipement des enseignants
    • une intégration des TICE dans la formation initiale et continuée
  3. Assurer un support technique et logistique efficace
  4. Inciter les enseignants à l’usage des TICE par une animation active

Parcourez les trois autres articles pour une analyse détaillée sur les résultats de l’enseignement en Communauté française.2

  1. Source : http://www.awt.be/web/dem/index.aspx?page=dem,fr,b09,edu,rec []
  2. Dessin Martin Vidberg, http://vidberg.blog.lemonde.fr []

Commentaires

  1. JacquesDB dit :

    Encore faudrait-il former les profs…

  2. FrançoiseH dit :

    Oui, je crois qu’il faut des formations OBLIGATOIRES qui proposent une formation aux TICS intégrées dans l’enseignement !

  3. Anaïsnin dit :

    Personnellement – et après avoir voyagé dans de nombreux établissements – j’ai juste envie de dire que quand on peut disposer d’une télé et d’un lecteur DVD qui fonctionne à disposition de tous (et non dans la classe d’un professeur privilégié pour des raisons obscures – avec lequel il faut négocier des échanges de locaux) c’est déjà un miracle ! Alors les TIC … Beaucoup de profs ne demandent pas mieux. Pour ma part, j’ai cessé d’y croire ! Pour l’instant du moins …

  4. Catherine Tilquin dit :

    Je rejoins Anaïsnin,
    Je suis prof de Sciences/Bio/Chimie et cela fait 6 ans que je travaille à biiiiip et, malgré de nombreuses demandes, je n’ai pas encore une simple tv, lecteur cd ou K7 et je dois aussi négocier avec ceux qui en ont (et qui sont très gentils par ailleurs), alors un tableau interactif… ce n’est sûrement pas pour tout de suite. Et il y a 3 vidéo-projecteurs pour toute l’école.

    Merveilleux.

  5. Dominique M. dit :

    Il faudrait revoir les possibilités de connexion internet ouvertes aux écoles. Actuellement, tout passe par un « pipe » dédié aux écoles, hôpitaux, bibliothèques. En trois ans, il y a eu un engorgement terrible, comme lorsque trois autoroutes à deux bandes se retrouvent en une autoroute à trois bandes (pour ceux qui connaissent l’échangeur de Loncin…). Les fournisseurs d’accès sont demandeurs d’une révision des contrats avec la région Wallonne, mais il faudrait que notre gouvernement tienne longtemps assez que pour qu’un nouveau contrat puisse être négocié. En attendant, nous savons tous ce que sont les « autoroutes engorgées de l’information » !

  6. VERZELE dit :

    Dans l’établissement fondamental dans lequel j’exerce, nous sommes également dans la période qui correspond à l’antiquité, si on parle informatique… M’enfin, ce n’est plus la préhistoire, pour être optimiste comme il le faut dans l’enseignement.

  7. Patrice dit :

    Dans notre école, nous utilisons chaque semaine le local informatique et cela fonctionne à merveille. J’ai une demi charge pour enseigner les médias et le multimédia aux élèves de la deuxième à la sixième années.
    Nous réalisons des projets avec des écoles françaises et canadiennes.
    Nous disposons depuis le mois de février de notre nouveau local informatique avec les ordinateurs proposés par la région wallonne.
    C’est vrai qu’il faut consacrer beaucoup de temps pour tenir le local en fonctionnement et consacrer énormément d’heures pour réaliser des recherches… Mais le travail en vaut la peine… Excellente fin d’année scolaire à tous et bonnes vacances ensoleillées…

  8. G. Zales dit :

    J’ai effectué mes études en gestion informatique (début en 1985), et j’ai pu voir évoluer le matériel dans de nombreux établissements scolaires.
    J’ai repris des études (C.A.P.) que je viens de terminer, et j’ai peur de voir le matériel que l’on me mettra à disposition.
    En 25 ans, l’informatique à l’école n’a presque pas bougé, c’est malheureux quand on voit la vitesse à laquelle le matériel évolue.
    Je trouve qu’il y a trop peu d’heures d’informatique, et qu’il faudrait commencer en primaire, mais ça risque d’être au détriment d’autres cours aussi très importants.
    Et même si on introduisait une heure d’informatique dans l’horaire ce ne serait pas suffisant, car le temps de s’installer, allumer les ordinateurs, … il resterait trop peu de temps.
    Supprimer les cours de religion/moral ou éducation physique, pas pensable.
    Donc reste au parents de prendre en charge l’apprentissage si ils disposent eux du savoir, ou donner des cours particuliers. …
    On peut faire un débat et je n’ai pas des solutions miracles, bien que mon idée.
    Pour se dérider : « Quelle est la différence entre une graine et un ordinateur ?
    Aucune parce que tout les deux se plantent.

  9. Remiot dit :

    C’est certain que les différentes écoles ne sont pas sur le même pied… Pour ma part, j’ai la chance de disposer de huit pc dans ma classe, pour neuf élèves et de faire deux fois par semaine un atelier info avec les enfants. Je propose également des formations pour les enseignants mais bon, là, je fais ma propre pub. :-) C’est en tout cas je pense devenu un outil indispensable et des compétences qu’il faut donner aux enfants.

  10. Thompson dit :

    Bonjour à toutes et tous
    Je ne suis pas enseignant mais un « Pro » du monde éducatif.
    Je lis régulièrement vos échanges ici et « ailleurs » et je n’interviens que très rarement car je juge que ce n’est ni ma place, ni mon droit.
    Ceci étant dit, il y a des moments ou je me dois de vous faire part de mes remarques.

    Je ne sais pas d’ou viennent les chiffres repris dans ce rapport.
    Même si il est évident que la Wallonie est à la traîne dans le domaine TICE et que la qualité du matériel disponible n’est pas à la hauteur de l’attente, en ce qui concerne les TBI j’ai un sérieux doute.
    Il y aurait moins de 300 TBI dans les écoles Wallonne!
    Alors que j’en ai personnellement installés plus de 700 en Wallonie/Bruxelles. Si je retire deux ou trois cents pour les écoles internationales il reste quand même près de 500 TBI, et je ne suis pas le seul à vendre ces outils en Wallonie.
    A mon avis il doit y avoir entre 500 et 1000 TBI dans les écoles Wallone.

    En ce qui concerne les FORMATIONS
    J’ai toujours mis un point d’honneur à former gratuitement TOUS les enseignants ayant accès au TBI.
    Même si certains se font payer, mes concurents offrent également formation de base.

    Que choisir?
    Il existe divers types de TBI (Technologie,Taille, Accessoire, Logiciel) et chacun défend ces points forts.
    Au point de vue FINANCE, les prix varient de 800€ à 4000€ mais le prix d’un TBI « Sérieux » est de 1200 à 1500€ auquel il faut éventuellement ajouter le prix du PC et du projecteur

    Il est IMPORTANT avant de prendre une décision de visionner plusieurs TBI et de faire la part du budget et de la valeur PEDAGOGIQUE offerte. de nombreux utilisateurs sont profondément déçus des possibilités de certains produits!
    N’oubiez jamais qu’il y a un monde de différence entre une présentation commerciale et l’usage journalier que vous en ferez par la suite.
    Renseignez-vous auprès de collègues qui utilisent déjà un TBI.

    N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, suggestions et demandes.

    Les responsables d’Enseignons.be me connaissent bien et il vous communiqueront mes coordonnées si vous le souhaitez

    Rex

    PS Désolé pour les fautes de Français, mais en tant que Britannique je suis en dispute éternelle avec l’orthographe, ou même l’ortograf, Française

  11. Bonjour, je vous remercie sur ce site car il nous permet d’avoir beaucoup d’informations. Ensuite je veux savoir comment on peut s’éduquer à travers l’internet.
    Merci.

  12. Semega dit :

    Bonjour depuis Bamako au Mali

    Je suis étonnée de lire les statistiques concernant les NTIC dans les écoles en Wallonie. Nous sommes une petite école fondamentale à Bamako, sans subside de l’état, mais pourtant, nous avons, chaque semaine, 1 h de cours d’informatique à partir de la 1ère année primaire jusqu’au secondaire inférieur. Comment cela ? simple, nous avons opté pour marcher 5 minutes vers un cybercafé du quartier où nous payons 200 fcfa : 0,30 centimes d’euros pour 1 h 1/2 de connexion, par élève.
    Je me demande s’il n’y a pas un peu de paresse intellectuelle dans tout cela ???
    Il est impensable d’attendre, les bras croisés que les NTIC vous tombent dans les bras … Le futur va vous surprendre … Soyez vigilant !!!
    Mme Semega Dominique Faucq
    la directrice de l’école
    LES PETITS GENIES
    BAMAKO MALI

  13. Semega dit :

    Toujours depuis Bamako au Mali,

    J’ajoute que si vous demandez aux parents de payer une petite cotisation, ils ne le refuseront pas !
    Je soutiens qu’il s’agit de paresse intellectuelle, rien d’autre !
    L’Afrique va finir par vous montrer le chemin !
    Mme Semega Dominique Faucq
    la directrice
    Ecole les petits génies
    BP E 1698
    BAMAKO MALI