Combien gagnent les enseignants en Belgique?

Avec un salaire de départ de plus de 26.000 euros brut par an, les enseignants en Wallonie et à Bruxelles ont un salaire moyen un rien inférieur à celui de leurs collègues flamands (27.779 euros brut par an). Au niveau international, si les salaires des profs wallons ne souffrent pas de la comparaison avec la Pologne (7.008 euros brut par an), ils font pâle figure à côté des rémunérations au Luxembourg, où les enseignants gagnent un salaire deux fois plus élevés (54.660 euros brut).

Les pays les plus généreux sont donc le Luxembourg mais aussi l’Allemagne (39.515 euros) et l’Espagne (32.424 euros).1

Après 15 ans d’ancienneté, c’est toujours au Luxembourg que les enseignants sont les mieux payés, avec plus de 75.000 euros brut par an. Mais les profs wallons gagneront plus de 38.000 euros annuels brut.  La légère différence salariale avec leurs homologues du Nord du pays perdure, les profs flamands empochant, eux, un peu plus de 40.000 euros.

Le prof belge gagne mieux sa vie que dans le privé

Les enseignants gagnent la plupart du temps moins que les personnes du même âge et détenant un diplôme équivalent qui ont opté pour une carrière dans le secteur privé. Les profs belges ont toutefois un salaire plus élevé, de 14% pour les Flamands et 10% pour les Wallons. En Espagne, l’enseignement semble être une voie bien plus rentable que le secteur privé, les salaires y étant 28% plus élevés. Ce n’est par contre pas le cas en Autriche (-21%), en Pologne (-22%) et aux Etats-Unis (-35%).

Combien gagne un jeune prof?

Autant le dire tout de suite: si vous êtes à la recherche d’avantages extra-légaux, n’embrassez pas la carrière d’enseignant!

Voiture de société, chèque-repas ou un système de bonus n’apparaissent qu’à de très rares occasions dans le mode de rétribution de ce secteur. Par contre, vous recevrez un salaire fixe correct qui, dès le tout premier jour, est déterminé en fonction des barèmes.

Le salaire brut de départ pour un bachelier de l’enseignement supérieur de type court tourne autour des 1850€. Un jeune professeur, issu du milieu universitaire verra apparaître sur sa fiche salariale la somme (environ) de 2210 € bruts. Plus tard dans la carrière, une fonction de directeur ouvrira la perspective de meilleures attentes salariales.2

  1. salaires annuels brut d’un enseignant à plein temps dans l’enseignement secondaire supérieur, pour sa première année, chiffres de 2008 []
  2. références.be []

Commentaires

  1. Denis Dehon dit :

    Juste pour rectifier sans doute un peu le dernier paragraphe … Si vous souhaitez améliorer les perspectives salariales par la fonction de directeur, celle-ci apporte bien un complément salarial c’est sûr, mais sans être si énorme que cela. Entre le salaire d’un licencié AESS et celui d’un directeur la différence, si elle peut paraître forte au début (450 €) s’amenuise avec le temps …(assez vite en plus). En fin de carrière, elle n’est plus que de 250 € net… ce qui, avouons-le, n’est pas vraiment attirant.

  2. Frédéric dit :

    Le plus pénible est effectivement l’absence totale d’avantages extra-légaux… même nos fournitures scolaires de base (bic rouge et cahier de cotes) sont à notre charge !

    1. bossut dit :

      Rappel : on peut tout déduire de ses impôts.

      1. pascal dit :

        Je ne peux pas faire intervenir les frais réels car je ne travaille pas suffisamment loin de mon domicile.

        1. jacques dit :

          Oui

        2. Meunier dit :

          C’est vrai que si on habite tout près de l’école où on enseigne…pas grand chose à décompter…

        3. philippe dit :

          Ayant fait le calcul cette année, sans prendre en considération les frais de déplacement, je dépassait déjà le forfait légal. IL faut penser à tout, imprimante, ordinateur, petites fournitures, livre scolaire et/ou pédagogique, charges (eau, electricité, chauffage (en proportion de la surface prof) éventuellement le loyer (à voir avec le proprio) meubles (à amortir sur plusieurs anneés), frais de telephone, gsm (modéré), internet. Le plus difficile est de penser à prendre des ticket pour tout.

          Dans ce cas, il peut être utile de prendre en charge le déplacement (aussi petit soit-il). ne pas oublier de compter le déplacement pour les réunions.

          c’est fastidieux mais cela vaut la peine.

          Après avoir penser à toutes ces petites chose, il ne reste qu’a comparer et … c’est souvent une belle surprise.

  3. Jacques dit :

    La comparaison est difficile à faire: parler de traitements bruts, c’est bien mais je ne sais pas ce qui arrive dans la poche des profs dans chaque pays.
    Je pense, personnellement, que les profs sont bien payés en Belgique(je suis prof depuis 32 ans et je ne me plains pas !!!!)
    La comparaison avec le privé vaut ce qu’elle vaut mais la sécurité d’emploi que nous avons, ce n’est pas un mince avantage ! Et travailler 182 jours…

  4. Julien dit :

    On m’a proposé 300€ de moins, avec la même ancienneté dans une banque belge..comme quoi! Au Luxembourg, un prof est très respecté. Le statut et le salaire sont en corrélation.
    On va pas se plaindre mais il est vrai que pour 3 années dans le supérieur et des heures supplémentaires à tout bout de champs..

  5. jacques dit :

    J’entendais vaguement la RTBF et un intervenant disait que le salaire des profs de chez nous était supérieur à la moyenne européenne.
    Qui a raison ?

  6. Christine dit :

    On ne peut vraiment pas se plaindre de notre salaire ! Mais nous trouverons beaucoup de profs mécontents !!!!!! Comme l’a dit Jacques, les avantages sont importants ! Et c’est le seul métier qui laisse autant de possibilités d’arrondir ses fins de mois en prenant une autre activité ! Cela fait 21 ans que j’enseigne et je ne pensais pas arriver à ce salaire là !

  7. Drouguet André dit :

    Je me demande comment on peut écrire un article aussi peu intéressant… Je m’explique :

    Pour comparer les salaires entre pays différents, il faudrait aussi mettre en parallèle le coût de la vie sinon impossible de tirer la moindre conclusion.

    La comparaison avec le privé ne nous apprend rien ; il faudrait comparer par secteur, par fonction, par type de travail (pénibilité ; une heure devant une classe n’est, en général, pas équivalent à une heure dans un bureau) et ajouter les avantages hors rémunération pour se faire une petite idée des différences.

    Quand à l’écart avec les flamands, il n’est pas si petit que cela : de +/- 65,00 € par mois en début de carrière à +/- 165,00 € en fin de carrière ; il s’accroit donc en fin de carrière, passant de +/- 3,0 % en début de carrière à 5,0 % en fin de carrière ! De la à dire « un rien inférieur », il y a une marge et il suffit de faire le calcul sur la durée de la carrière (+ répercussions sur la pension)pour s’en rendre compte…

    @ Jacques : s’il ne travaille que 182 jours, c’est qu’il est probablement un planqué en fin de carrière (un de ceux qui fait que les enseignants sont si critiqués).
    De plus, on ne travaille pas beaucoup plus dans certains secteurs du privé, quoi qu’on en pense… Par contre tout à fait d’accord avec la remarque sur le salaire net ; comparaison difficile à faire vu le nombre de barèmes précompte professionnel différents selon la situation familiale (principalement).

    Amicalement

    1. jacques dit :

      182 jours… c’est bêtement les jours d’école. Evidemment on doit y ajouter les jours où on travaille le samedi, le dimanche, les vacances où on ne reste pas à rien faire…

  8. elia dit :

    Je suis intéressée par le moyen existant pour être remboursée de mes frais. Notre comptable m’a toujours dit que cela n’en valait pas la peine !!
    Je vais travailler en bus ou avec une collègue.

  9. Suzanne dit :

    C’est triste un enseignant qui ne travaille que 180 jours par année même en fin de carrière, belle adaptation, belle remise en question! Il travaille aussi probablement que 20 heures par semaine, évite les réunions… Nous ne pointons pas, si nous nous limitons aux prestations pré-citées, où va l’enseignement?
    Comment former les jeunes? N’oublions pas que notre enseihgnement (la formation des jeunes) est notre seule richesse.
    Que les enseignants qui se limitent à 180 jours, 20 h par semaine et qui profitent d’autres avantages tels que société supplémentaire, travaux après journée (peu éprouvante dans ce cas)… se posent une seule question, mes enfants, mes petits-enfants… que vont-ils devenir? Pas grave, se disent-ils s’ils n’en ont pas, moi je VIS!
    31 de carrière et je n’ai toujours pas fini de travailler les cours, de me poser des questions…
    Tant mieux, c’est normal et bien plus valorisant!
    J’aimerais quand même qu’on mette du matériel à ma disposition, livres, ordi, bics, feuilles, … un ouvrier sans ses outils sait-il travailler?
    Ne confondons pas frais réels avec du matériel mis à notre disposition!
    Et les batiments scolaires, triste sort…

  10. Val dit :

    Prof, c’est cool.
    Les avantages ils existent mais sont-ils mis vraiment à disposition de chacun?

    Les matos c’est l’école qui le fourni par dotation par élève.

    Un bic ne coute rien!!

    1. Véronique dit :

      Un bic ne coûte rien Val, mais il est évident qu’on a besoin de bcp d’autres choses…Ordi à domicile (plus moyen de travailler sans ça! Même mes directeurs m’envoient des rapports via gmail), frais de voiture ( je travaille dans 5 écoles,donc je ne peux faire sans mais suis juste à la limite pour ne pas pouvoir faire mes frais réels), bloics de feuilles,etc…documents divers,la plupart de mes livres sont à ma charge,..Vous rêvez ou quoi?

    2. Sophie dit :

      Facile à dire, que prof est un métier cool. Pas d’accord. Essaye le métier 3 mois et on en reparlera!

  11. Jean-Marc dit :

    un instit au Maroc de 200 euros comme salaire en débutant pouvant atteindre les 900 euros en fin de carrière….

  12. Jon dit :

    Hé ben mince alors!!!

    Ceci est une superbe « PROPAGANDE »!

    1) Ayant plus de 25 ans d’expérience dans le privé, changeant de job et me lançant comme consultant, je fus invité à « dépanner » un institut en panne de prof de sciences pour un an.

    Faisant preuve de mobilité, de flexibilité, j’ai accepté. Puis, si mes élèves ont énormément apprécié entendre la liaison entre leurs cours et la pratique industrielle qu’aucun autre prof ne pouvait leur apporter, sur le plan personnel, je m’en suis mordu les doigts.

    Une fois mon dossier traité au ministère central, selon les barèmes, mes 25 ans d’expérience n’avaient aucune valeur…

    Avec 4 enfants aux études, obliger un professionnel flexible à recommencer à zéro, ignorer son expérience et ses compétences, et le forcer à se retrouver avec le salaire d’un débutant, c’est tout simplement dégueulace, n’est-ce pas?

    Le net du débutant ne suffisait même pas à payer les abonnements de bus et trains, les livres de cours et les inscriptions aux études…:o(

    2) D’expériences aussi, et ce pour avoir travaillé plusieurs années dans 5 pays européens différents, quand les salaires de profs sont dits être meilleurs que ceux du privés, c’est alors vraiment en ne les comparant qu’avec le bas de gamme du privé.

    Le salaire moyen réel du privé est en de quelques 50% meilleur que celui de l’enseignant.

    Alors, mesdames et messieurs les politiciens, stop à votre propagande, cessez donc de jeter la poudre aux yeux des enseignants, et surtout osez donc valorisez donc leurs salaires avant les vôtres…;o)

    Après tout, vos enfants aussi dépendent des enseignants pour un enseignement de qualité, n’est-ce pas?

    Bien à vous,

    Jon

  13. K dit :

    Bonsoir,
    Professeur en France, je pense que votre article n’est pas tout à fait complet et je trouve dommage de faire des comparaisons avec les salaires bruts étant donné que le niveau de prélèvement n’est pas le même d’un état européen à l’autre.
    Je voudrais également rebondir sur le fait que malheureusement, comme mes confrères belges, nous n’avons aucune fourniture (stylo, feuilles, ordinateur…) donnée par notre administration et qu’on doit, certainement comme vous, avoir un local destiné à notre profession à la maison, car, j’imagine, comme bon nombre de prof, que le métier envahit largement une pièce entière dans la maison, entre le bureau, l’ordinateur, l’imprimante, les livres, nos recherches pour les cours… bref beaucoup de place et beaucoup de temps également. Tout cela pour dire, qu’avec 12 ans d’ancienneté et des diplômes universitaires supérieurs, je trouve notre salaire bien bas, je gagne 1800 euros net (alors que dans le privé, un équivalent cadre en entreprise pourrait gagner pratiquement le double), je dois me payer tout ce qui est nécessaire au professeur avec un seul salaire qui rentre à la maison et un enfant à élever. J’ai la chance d’enseigner la communication et la bureautique en lycée professionnel, mais cela implique aussi mon autoformation, car malheureusement, personne n’a un niveau suffisant pour nous aider dès lors qu’on a une certaine assise dans la profession. Je parle de bureautique, cela veut donc dire que je paye de ma poche les logiciels qu’on enseigne en lycée, comme le disait un collègue sur un autre sujet, heureusement qu’il y a les frais réels, mais les logiciels ne sont pas comptés dedans en France et le matériel informatique s’amortit sur trois année, sachant qu’actuellement le matériel a du mal à aller au delà de trois ou quatre ans… l’investissement est rude ! et là, toujours rien pour nous aider.

    Je suis déçue par cet article, alors même que je trouve régulièrement beaucoup d’informations utiles que je peux retranscrire pour nos programmes français. Vous devriez donc faire une étude bien plus approfondie du sujet du salaire des enseignants… la Belgique ne serait pas si mal lotie.

  14. Ath dit :

    L’article ne compare toutefois pas la durée des études et le salaire !
    Je suis d’accord avec Jon. En tant qu’universitaire trilingue, dans le privé, je gagnais 3 fois plus que mon salaire de « débutant » (à 45 ans passés !) en tant qu’enseignant. Aucune ancienneté (+ de 20 ans dans le privé) ne m’est reconnue. Et on s’étonne qu’il y ait pénurie de profs de langues ?

  15. Sandrine dit :

    Ceux qui ne se plaignent pas de leur salaire pourraient-ils préciser à quel niveau ils donnent cours ?
    Parce qu’un instituteur primaire qui commence ne gagne vraiment pas grand chose !

  16. elia dit :

    K, j’ai le même salaire net que vous avec 22 ans d’ancienneté !

    Val, cette année, comme presque chaque année, j’ai changé d’attributions. J’en suis déjà à 120 euros de frais pour des livres scolaires. Sans parler des fournitures !
    Je « prête » aussi bon nombre de bics, crayons, feuilles… à des élèves n’ayant pas leur matériel car trop couteux !!
    « Le matos de l’école » ???? Pas d’ordi, pas de projecteur et deux tv pour 700 élèves ! Le nirvana quoi !

  17. Carine dit :

    Régente en math, ayant travaillé 9 ans dans le privé (société informatique), je ne retrouve à ce jour par encore le salaire que j’avais il y a 7 ans quand j’ai quitté cette même société. Et je ne parle même pas des chèques repas, assurance hospitalisation, assurance dentaire, assurance vie et pension, 13ème et 14ème mois, remboursement des frais de voiture … . J’avais 26 jours de congé mais je ne les utilisais pas tous car je n’en avais pas besoin. J’ai repris l’enseignement par passion mais je n’ai plus de soirées, de week-ends, … et j’en viens à faire passer ma famille au second plan car j’ai trop de travail. Je pensais avoir une meilleure qualité de vie, ce qui est loin d’être le cas. Le seul point positif, les congés scolaires mais quand je déduis les jours où je n’ai pas retravaillé mes cours, j’en reviens un peu au nombre de jours que j’avais dans le privé! Je suis appréciée par mes élèves mais je me pose la question cruciale « ne vaut-il pas mieux de retourner dans le privé ? ». A choisir …une prof de math en moins dans l’enseignement mais un employée trilingue nettement mieux rémunérée dans le privé. Je trancherai un peu plus tard !

  18. Kiana dit :

    Je tiens à préciser que les montants dont il est question dans l’article sont pour les détenteurs du diplôme requis; les « article 20″ ont un salaire moindre et ils ont moins de sécurité quant’à leur emploi.

    1. Stéphanie dit :

      Bonjour,

      Justement, à combien est estimé le salaire de base horaire d’un enseignant « article 20″ ?

  19. Jean-Michel dit :

    Salut,

    N’oubliez-vous pas de dire qu’il faut en moyenne 5 années contractuelles avant d’être nommé, et encore….Pendant ce temps l’emploi est précaire. Et ne pas oublier de parler aussi des retards de paiements, attendre parfois 3 mois quand on est contractuel. Il faudrait renseigner la méthode pour ne travailler que 186 jours par an parce que moi je n’y suis jamais arrivé, sauf si je reprends systématiquement les préparations de cours de l’année précédente et que je m’en contente, ce qui n’est pas le cas. Et pour finir, nous sommes payés 10 mois par an, juillet et août étant des salaires différés. Prime de fin d’année peu élevée, prime de vacances peu élevée. Je ne me plains pas, je marque les nuances.

  20. Pierre dit :

    Voulez-vous bien vous comparer au monde associatif auquel vous appartenez et non au privé ? Dans l’associatif, un universitaire débute souvent avec 1350 euros net et 20 jours de congés… Avez-vous déjà travaillé comme éducateur dans l’aide à la jeunesse ??? Comme dit plus haut, 1h avec ces jeunes et 1h (en réalité 50 minutes) en classe, je me demande ce qui est le plus dur… Bref, quand les éducateurs feront-ils grève ? Il y a bien pire que vous dans le monde associatif… Mon cas: je bosse 38 heures semaines pour 1500 euros sans aucun autre avantage faute de subvention, je suis universitaire 36 ans une famille à nourrir. 20 jours de congés par an, et pire, dans deux mois je risque (c’est quasi sûr) de perdre mon emploi faute de subventions… Croyez-moi je ne suis pas un cas isolé… Se faire rembourser son ordinateur allons allons, ne me dites pas que si vous n’étiez pas prof vous n’en n’auriez pas ??? Sur ce, passez une belle journée…

  21. parent d'élève dit :

    Les enseignants ont un bon traitement, pour un travail qui n’est pas à la hauteur de l’attente des parents. Généralement pas de jours de carence lors des absences etc… « dont le motif de l’absence est généralement bidon ».
    Lorsque mes enfants reviennent de l’école après ma journée de boulot je bosse minimum 2 heures pour rectifier les lacunes du programme scolaire de la section fondamentale, une honte, les enseignants ne sont plus à la hauteur, et personnellement au lieu de préparer des fancy-fair et autres fiestas, ils feraient mieux de dépenser cette énergie et ce temps à l’apprentissage des fondamentaux aux enfants « lecture, écriture, grammaire, orthographe et calcul ».
    De nos jours enseignants = fainéants.

    1. Etienne dit :

      Je suis instituteur et ne perdrai pas beaucoup de temps pour répondre à de tels propos.
      Toutefois, si vous avez un problème avec les enseignants ou leur travail dans l’école de vos enfants, parlez-leur.
      Cela sera bien plus bénéfique (pour vous, d’abord).
      Ne mettez pas tout le monde dans le même sac !
      Enfin, en lisant votre dernier propos, je me demande si, avant d’écrire, vous avez pris la peine de lire le petit paragraphe grisé sous le titre « A LIRE EGALEMENT ».

      1. philippe duyck dit :

        Pour des textes écrits par des professeurs, je suis sidéré par le nombre de fautes de français et d’orthographe !!

    2. christine seville dit :

      L’école n’est pas une garderie, trop de parents pensent seulement à leur bien-être économique et oublient que l’éducation de leurs enfants est oeuvre de tous; mais sans oublier qu’ils sont les premiers responsables et qu’ils doivent aider les profs, nous n’avons pas une baguette magique.

    3. christine seville dit :

      Pourquoi ne restez-vous pas à la maison et donnez des cours particuliers à tous les enfants des voisins ? Vous avez peut-être loupé votre vocation. Parfois on a l’impression que nos enfants n’ont pas assez appris et pour vous c’est difficile de l’accepter. C’est dommage !

  22. Avilmar Santos dit :

    Le produit le moins cher au marché de l´éducation, c´est le professeur.

    1. christine jassoggne dit :

      C’est la triste réalité et dans tous les pays.