Simonet avance ses propositions de réforme du nombre d’élèves par classe

classeLes syndicats et les Pouvoirs organisateurs (PO) ont retrouvé la ministre de l’Enseignement ce lundi. Marie-Dominique Simonet leur a soumis ses propositions de réforme du nombre d’élèves par classe comme elle s’y était engagée avant les vacances. Objectif : revoir la taille des classes – si possible à la baisse – tout en tenant compte de la situation budgétaire particulièrement délicate.

Actuellement, le décret fixe un nombre “moyen” d’élèves par classe. Et c’est cet adjectif qui irrite les syndicats. Ils souhaitent fixer un nombre « maximum » que les directions ne pourront plus dépasser. Mais quid alors des écoles qui devront dédoubler? Il leur faudra un encadrement supplémentaire…

Le gouvernement a alors proposé 4,6 millions de moyens supplémentaires, soit environ 115 équivalents-temps plein ou 2.586 heures de cours. Suffisant? Non ! Mais la ministre se dit consciente que fixer un nombre maximum pur et simple “rendrait l’organisation de certaines écoles totalement impossible.”

Quelles sont les autres pistes proposées?

A l’école maternelle, on pense à généraliser les 2 périodes de psychomotricité pour chaque classe. On renforcerait également l’appui aux enseignants (ACS…) et on calculerait le nombre d’instituteurs en fonction de celui des élèves, comme dans le primaire.

A l’école primaire, il faudra peut-être se partager les moyens jadis octroyés pour améliorer l’encadrement au 1er degré. Les renforts pourraient s’investir aussi au 2e et 3e degré. Il est également question d’utiliser plus facilement les reliquats du calcul nombre élèves/nombre de profs pour engager des éducateurs.

Au secondaire, la méthode serait la même : on répartirait les moyens du 1er degré sur l’ensemble des six années.

Au final, peu de moyens nouveaux mais un partage des aides déjà existantes. Le risque est de fragiliser encore une fois le 1er degré de l’enseignement primaire et secondaire.

La ministre sait qu’elle marche sur des œufs. Les P.O seront attentifs aux conditions rencontrées par les directeurs d’écoles primaires. Ils réclameront aussi davantage de souplesse et d’autonomie.

Combien d’élèves est-il raisonnable d’accepter dans une classe?

Marie-Dominique Simonet pourrait donc proposer une solution alternative qui ménagerait à la fois la chèvre et le chou : fixer une moyenne d’élèves par classe MAIS avec un plafond à ne pas dépasser. Il n’est pas non plus exclu de « phaser » l’entrée en vigueur de la réforme, histoire de permettre aux écoles de s’y préparer.1

Un calendrier a été établi jusqu’à la fin novembre, dans la perspective de voir un éventuel accord voté au printemps pour une entrée en vigueur en septembre 2012. Les interlocuteurs se retrouveront le 19 septembre pour une seconde réunion de fond.2

  1. DH – 23.08.11 []
  2. Sudpresse – 22.08.11 []

Commentaires

  1. oups dit :

    Pour le secondaire, en tout cas, il serait peut-être plus intelligent de répartir entre les écoles. Pour ne pas avoir une classe avec 8 élèves et l’autre avec 34.
    Plus de confort pour les élèves et l’enseignant.
    La gestion générale des options et des langues est à revoir… des « classes » de 6 élèves en allemand et 28 en anglais posent question !

    1. alba dit :

      Et quoi, on impose à des élèves de changer d’école pour cause de classe trop nombreuse? Quelle est votre proposition pour les langues? Si il y a des groupes de 6, c’est tout bénéfice pour les élèves!

  2. Catherine Tilquin dit :

    « Au secondaire, la méthode serait la même : on répartirait les moyens du 1er degré sur l’ensemble des six années ».

    Je préfèrerais lire, « on répartit le reliquat EVENTUEL sur …).

  3. Tout ça ne nous rendra pas … :-). Doit-on vraiment croire qu’une solution sortira de ce machin ? http://claudewachtelaer.unblog.fr/2011/08/24/nombre-deleves-par-classe-paroles-paroles/

    1. catherine dit :

      En primaire; proposer un encadrement avec comptage au 15 septembre.
      Actuellement, le comptage se fait en janvier pour la rentrée…Or, bien souvent cela ne correspond pas à la réalité de septembre.

      1. Sauf s’il y a une variation de plus de 5% entre les chiffres du 15/01 et ceux du 30/09 au niveau de la commune ou de l’entité. Un système qui défavorise les gros PO qui constatent une variation très importante dans une de leurs écoles et pas dans les autres.

  4. Monsieur Cédric dit :

    Attention, encore une loi qui risque de manquer son objectif.
    Un nombre maximum d’élève par classe est une mesure insuffisante et maladroite. En effet, certains enfants comptent pour plusieurs. Avec 10 élèves à problème, une classe de 24 élèves semble énorme. Si vous n’avez que 2 ou 3 élèves qu’il faut constamment surveiller, alors 24 élèves parait comme une petite classe.