Jemeppe-sur-Sambre: l’athénée aura un nouveau préfet mardi

ecoleUne solution a été trouvée et un nouveau préfet entrera en fonction dès mardi à l’athénée royal Baudouin Ier de Jemeppe-sur-Sambre, a annoncé ce lundi le cabinet de la ministre de l’Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet. La préfète actuelle, Reinette Guelfi, a accepté une charge de mission après avoir sollicité la ministre afin de trouver une solution au blocage.

Dans l’intérêt des élèves

Constatant un blocage persistant principalement préjudiciable aux élèves, la préfète s’est tournée volontairement vers la cabinet de la ministre Simonet.

Celle-ci a dès lors décidé de confier à Mme Guelfi une charge de mission, c’est-à-dire un poste au sein de l’administration. « Il ne s’agit ni d’une promotion, ni d’une sanction », insiste-t-on au cabinet de la ministre. « Il s’agit d’une mesure d’apaisement destinée à objectiver les choses et à trouver une solution au blocage actuel. »

Si une sanction avait été infligée par la ministre pour un problème de personnes, cela aurait pu créer un précédent et la décision aurait en outre pu être cassée ultérieurement, si un recours avait été déposé auprès du Conseil d’État, poursuit-on.

La mission d’information entamée à l’athénée va par ailleurs se poursuivre. « Cela pourra notamment être utile au successeur de Mme Guelfi », indique le cabinet de la ministre. Une soixantaine d’enseignants grévistes reprochent à leur préfère, Reinette Guelfi, son comportement « inadapté » et son « incompétence ». Ils sont en grève depuis le 21 octobre dernier.1

  1. RTBF info – 7.11.11 []

Commentaires

  1. Xavier dit :

    Bravo à la Préfète d’avoir pris cette décision et à la ministre Simonet d’avoir permis cette solution

  2. Une solution serait qu’elle aille donner cours ! Remplacer des profs malades, on n’en trouve pas parait-il !

  3. Je me demande si Benoît Toussaint (pédagogie nomade) s’est vu proposer aussi une « charge de mission ».

    1. Pierre dit :

      Oui: « M. Maingain souligne que le cabinet a déjà eu l’occasion de faire savoir à Monsieur Toussaint qu’il pourrait utilement trouver sa place au sein de l’ASBL subventionnée par la Communauté française et ainsi rester l’inspirateur et le diffuseur du projet sans enseigner, mais à ce jour il a décliné ces pistes. »

      1. Pierre dit :

        Si Benoit Toussaint avait fait preuve d’autant de sagesse que cette préfète, ou du moins d’un peu d’humilité, et s’il avait assumé ses choix personnels, les choses n’en seraient pas arrivées là à Pédagogie Nomade…

  4. Oui, quand il s’agit d’un simple prof, les mesures sont moins rapides et bien moins alléchantes… Deux poids, deux mesures ! Même si je me réjouis de la fin heureuse pour l’école.

    1. Quant au fond , ne devrait-on pas mieux encadrer les « postes » à responsabilité (direction et alii) de toutes les écoles. Combien de directeurs sont « directifs » pour se protéger tout simplement parce que la tâche est immense et difficile « pour un seul homme ». On a beau dire qu’un directeur a bien voulu le devenir, encore faut-il lui donner les moyens d’accomplir sa mission dans de bonnes conditions… et pour ce faire, être bien secondé !
      En tout cas, chapeau ! car l’école tient encore debout malgré les aumônes reçues, pardon, les subventions ;) .