France : Vincent Peillon veut un cours de « morale laïque » à l’école

laiciteLe Ministre de l’Education nationale Vincent Peillon (PS) a annoncé le 1er septembre dernier qu’il souhaitait introduire un cours de « morale laïque » à l’école. Le socialiste en fera même une discipline à part entière qui devra « s’apprendre » et qui « sera notée » selon les dernières informations communiquées à la presse cette semaine. Des enseignants seront bientôt spécialement formés à l’enseigner, dans les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation. Un nouveau programme devra également être rédigé pour la rentrée 2013.

La morale laïque, c’est avant tout des valeurs

« La morale laïque, c’est comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, c’est aussi des devoirs autant que des droits, des vertus et surtout des valeurs », explique le Ministre, pour qui l’objectif de ce cours sera d’apprendre aux enfants, les comportements du « vivre ensemble ». « Ce cours comporte une construction du citoyen avec certes une connaissance des règles de la société, de droit, du fonctionnement de la démocratie, mais aussi toutes les questions que l’on se pose sur le sens de l’existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne. Si ces questions ne sont pas posées, réfléchies, enseignées à l’école, elles le sont ailleurs par les marchands et par les intégristes de toutes sortes. »

On l’aura compris, Vincent Peillon veut remettre le débat sur les valeurs au cœur de l’éducation et lutter contre la recrudescence du racisme et de l’antisémitisme dans le milieu scolaire. « Tout ce qui est de l’ordre du racisme, de l’antisémitisme, de l’injure, de la grossièreté à l’égard des professeurs et des autres élèves, ne peut pas être toléré à l’école. Je pense, comme Jules Ferry, qu’il y a une morale commune, qu’elle s’impose à la diversité des confessions religieuses, qu’elle ne doit blesser aucune conscience, aucun engagement privé, ni d’ordre religieux, ni d’ordre politique. »

Selon un sondage Ifop, 91% des Français seraient favorables à un cours de morale laïque, dont 48 % « très favorables ».1

En Belgique : un cours en sursis?

Rappelons que chez nous, de plus en plus de voix s’élèvent pour que l’on supprime ce cours, né du Pacte scolaire de 1958. Certains réclament depuis longtemps la création d’un cours de philosophie et d’Histoire des religions. Il y a quelques mois, la Ministre Marie-Dominique Simonet annoncait sa volonté de créer un socle commun pour le cours de morale et ceux de religion. Une main tendue à ses partenaires socialistes – et aux libéraux – mais qui ne satisfait pas encore tous les acteurs de l’école. Ainsi, le Centre d’étude et de défense de l’école publique (Cedep), qui regroupe 12 associations laïques (FAPEO, CAL, CGSP-Enseignement, etc.) regrette que les élèves soient toujours amenés à faire un choix de cours philosophique (morale non confessionnelle, religions catholique, protestante, israélite, islamique ou orthodoxe)… Un choix (une obligation?) qu’il sera difficile de remettre en cause, puisque garanti par la Constitution.

  1. Sondage réalisé du 4 au 6 septembre par questionnaire auto-administré en ligne auprès d’un « échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus », selon la méthode des quotas. []

Commentaires

  1. Jacques.... dit :

    Je suis tombé à la renverse en lisant que demain il pourrait y avoir des cours de religion islamique dans nos écoles. Ne sommes-nous pas devenus fous, inconscients et même de plus en plus ingnares ! Les religions n’ont pas toujours été l’affaire de sages mais de pouvoirs avec des conséquences parfois dramatiques, des guerres cruelles, attentats. Alors, s’il vous plaît, NON ! L’Europe est catholique, que les autres ne nous imposent pas leur culture, qu’ils s’adaptent à la nôtre ! Pourquoi viennent-ils tous ici et ne respectent-ils pas nos traditions ni nos lois ? Déjà que dans certaines écoles, le crucifix est enlevé pour ne pas les déranger…quoi encore.
    Devons-nous nous adapter à eux ou bien eux à nos traditions ?
    Ainsi nos politiciens gagnent des voix pour s’imposer et s’ils y parviennent, nous allons bientôt devoir nous soumettre à leur religion.

    Jacques