La ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet et le ministre-président de la Communauté française Rudy Demotte n’ont pas caché leur satisfaction mardi, après la publication des résultats de l’enquête PISA 2009 sur l’éducation. Mais ils s’interdisent tout triomphalisme devant les progrès relevés pour les élèves de la Communauté française, soulignant que les différences de résultats entre les meilleurs[...]

Voir plus

Pour une fois que Pisa ne nous tue pas, on ne va pas bouder notre plaisir. Mais restons objectifs, les résultats ne sont pas fameux malgré tout. Et si "léger" progrès il y a, il reste du chemin à parcourir... L'OCDE a dévoilé hier matin les résultats du dernier test Pisa. Ces derniers ont été réalisés en 2009, dans 65 pays et ont touché 520.000 élèves dont un peu plus de 3.000 en Communauté française. Au programme cette année-là[...]

Voir plus

C'est tous les trois ans que l'OCDE teste les élèves des pays membres de l'organisation. Ces fameux tests sont appelés PISA pour Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves. A chaque fois, les jeunes sont soumis à une grosse épreuve soit en lecture, soit en sciences, soit en mathématiques... avec, de façon "mineure", deux autres tests dans les deux autres disciplines. En 2000, tous les élèves de 15 ans, avaient été testés[...]

Voir plus

Pour les syndicats, il n'est pas question d'y toucher. Ou alors, il faudra proposer une sérieuse alternative. De quoi parle-t-on? Mais des DPPR, comprenez "disponibilité précédant la retraite". Lancés dans les années 90, sous l’ère Onkelinx, les DPPR avaient pour mission de compenser les rationalisations opérées dans le secondaire. Mais le système, qui au départ se voulait « temporaire » est vite devenu très populaire dans les[...]

Voir plus

Nous l'avons déjà écrit ici, les syndicats, qui ont commencé à batailler pour l'accord social 2011-2012, ont dans l'idée d'obtenir sinon une revalorisation salariale, au moins un geste de la part du gouvernement. Pour les représentants des enseignants, la Communauté française doit faire un effort et contribuer à revaloriser une profession qui a beaucoup perdu de son lustre ces dernières années. Si l'argent n'est évidemment pas tout, le[...]

Voir plus

C'est un peu la réponse du berger à la bergère. Après les revendications syndicales largement relayées par la presse, la ministre de l'enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet, accorde un long entretien au Vif-L'express dans lequel elle revient sur les discussions agitées en cours. Pour elle, il est déjà acquis que les DPPR seront revus. "On ne touche pas à l'âge de la pension. Mais le modèle actuel de départ à la prépension[...]

Voir plus

Mardi, au moment où les profs se croisaient les bras, pour protester, entre autres contre la venue des P.O. à la table des négociations sectorielle, les pouvoirs organisateurs subventionnés exprimaient leur position sur cette même négociation sectorielle, à laquelle ils prendront part pour la première fois. Provocation? Peut-être... Sous la pression des syndicats, le gouvernement avait retouché son décret instaurant la négociation tripartite[...]

Voir plus

Les syndicats avaient prévenu le gouvernement. Et ils l'on fait. Tremble Simonet, les profs sont en colère et le font savoir. Une heure durant, ils se sont croisé les bras, hier entre dix et onze heures. Mais pourquoi encore? Les négociations sectorielles qui viennent de débuter seront, on le sait, très difficiles. Au-delà des revendications des enseignants, le plus dur sera surtout de ne rien céder. Car, ne nous voilons pas la face, il faudra[...]

Voir plus

La Commission des Finances du parlement de la Communauté française a adopté mardi soir majorité contre opposition le projet de budget 2011 de la Communauté. Elle a adopté de la même façon le projet de décret-programme y lié, qui met notamment en oeuvre la négociation tripartite dans le secteur de l'enseignement et le système de solidarité dit "Robin des Bois" entre écoles défavorisées et mieux nanties pour ce qui concerne l'encadrement[...]

Voir plus

L’élève qui avait frappé une enseignante de l’Athénée Serge Creuz à Molenbeek le 9 novembre dernier a été placé sous surveillance des services de protection judiciaire par le juge de la jeunesse qui l’avait placé, en première instance, deux semaines en IPPJ. Le jeune de 17 ans, inconnu de la justice, avait porté trois coups de poing et un coup de pied au visage d’une enseignante, après que cette dernière lui avait fait[...]

Voir plus