Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religion

Modérateurs: Seb*, freesia, Patrick55, Marie21, AnaïsNin, *Béa*, Jonathan*, Lucy, Andrée, Niky, Tethys, FrançoiseH

Avatar de l’utilisateur
Niky
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1089
Enregistré le: 26 Juil 2007 16:58
Catégorie: Enseignant
Matière: Primaire (tout)

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Niky » 18 Jan 2012 18:39

je connais des personnes qui ont divorcé car la femme était battue...faut-il la punir davantage????

Avatar de l’utilisateur
JacquesDB
Utilisateur fréquent
Utilisateur fréquent
 
Messages: 22
Enregistré le: 15 Oct 2006 18:07
Localisation: Province du Luxembourg, diocèse de Namur
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Religion catholique

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar JacquesDB » 18 Jan 2012 19:03

Non...
Jacques
Enseignant

Avatar de l’utilisateur
Niky
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1089
Enregistré le: 26 Juil 2007 16:58
Catégorie: Enseignant
Matière: Primaire (tout)

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Niky » 18 Jan 2012 19:18

JacquesDB a écrit:Non...

tout à fait d'accord!
Une de mes cousines a vécu cette histoire...elle ne peut plus se remarier à cause de ça...et question boulot...elle n'y peut rien.

Avatar de l’utilisateur
Yvan Borgers
Utilisateur fréquent
Utilisateur fréquent
 
Messages: 42
Enregistré le: 26 Jan 2011 16:22
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Français

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Yvan Borgers » 23 Fév 2012 22:38

Peut-être serait-il fort intéressant pour les jeunes d'entendre le témoignage d'une personne divorcée ... car à dix-huit ans, on n'a pas encore l'expérience nécessaire ni la connaissance profonde de son futur partenaire. Ce n'est qu'en vivant avec quelqu'un qu'on finit par découvrir, au fil du temps, ses qualités et ses défauts, défauts qu'il faudra accepter et supporter jusqu'à la mort, s'il faut en croire l'Eglise ... Peut-être serait-ce fort enrichissant pour des adolescents de savoir à quel point certains partenaires ont eu à souffrir pendant leur mariage de l'infidélité, de la sadicité, de la fausseté de celui ou de celle avec qui ils ou elles ont vécu et qu'en ce sens le témoignage d'un prof de religion (divorcé ou non) pourrait prévenir bien des déboires; ce qui est tout autre chose que le discours normatif, moralisateur et purement théorique tel que préconisé par des religieux ayant fait voeu de chasteté et qui n'ont pas l'expérience requise en la matière pour pouvoir en parler ... ! Sinon, on en arrive à des situations dans lesquelles l'Eglise impose à une femme, violée par des malfaiteurs, de porter et de mettre au monde le fruit d'un viol. On voit bien que ce ne sont pas les religieux qui assument, mais des femmes humiliées. Débiter des théories, c'est facile, mais vivre un calvaire, c'en est une autre! Inutile d'ajouter qu'il en va de même pour certains hommes, qui se sont fait tromper par leur femmes et qui, par conséquent, devraient continuer à pardonner et à accepter de se faire tromper jusqu'à la mort ... ce qui reviendrait à du masochisme à outrance!
Quod scripsi, scripsi!

Luc Palsterman
Utilisateur habitué
Utilisateur habitué
 
Messages: 83
Enregistré le: 03 Nov 2006 19:50
Localisation: Brabant-Wallon LLN
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Religion catholique

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Luc Palsterman » 08 Juin 2012 01:23

Extrait de mon cours de sacramentaire... pour ceux que ça intéresse. Je ne veux pas convaincre. Je souhaite seulement relativiser la norme, faire taire l'illusion qu'en correspondant à celle-ci on est plus aimé de Dieu.

La pratique rituelle - et particulièrement celle des sacrements – est, selon la tradition chrétienne, « ontologico-christologique » . Il s’agit pour le chrétien (qui veut grandir en humanité) de se laisser rejoindre par Jésus-Christ, par Jésus-le-ressuscité, par Jésus-le-déjà-né et est ainsi introduit « au cœur même de Dieu ». Pour développer ce caractère fondamental du sacrement, arrêtons-nous d’emblée à cette information très … mystérieuse : l’homme est rejoint par le Ressuscité pour être introduit dans la mystère d’amour de Dieu.

Ce qui se vit de nouveau dans la foi chrétienne, c’est la relation que l’homme vit avec Dieu. Selon les chrétiens, Jésus aurait montré par sa vie que l’homme est invité à vivre un nouveau rapport avec Dieu. Dieu ne serait plus le dieu de tel peuple. Il ne serait pas le Dieu lointain. Le Dieu de Jésus-Christ serait un Père qui invite chaque homme à devenir fils, à devenir fille. Etre fils ou fille de Dieu, telle serait la vocation de l’homme, …selon la foi chrétienne. C’est à cette relation intime, fécondante, humanisante que l’homme serait invité.
Et cette relation serait dynamisée par la relation particulière que le chrétien entretien avec Jésus.
Devenir un « JE SUIS » se réaliserait grâce à la relation avec un « JE le SUIS déjà », avec un « JE-SAIS, JE ME VIS DEJA COMME QUELQU'UN QUI SAIT QU'IL EST DEJA UN JE SUIS".

Pour le chrétien, il ne s’agit pas pour lui de, d’abord, reproduire tel ou tel geste que Jésus aurait effectué. Non, en repratiquant tel ou tel geste, il s’agit, pour le chrétien, de, d’abord, se laisser rejoindre par "Celui qui est né", d’éprouver en soi la dynamique de vie du Royaume qui est à l’œuvre, de toujours mieux recevoir cette dynamique de croissance qui suscite l’unité entre soi et Jésus, qui introduit le chrétien dans l’intimité de l’Amour circulant en Dieu (Père-Fils-Esprit).les attitudes de Jésus montrent que lui-même expérimentait combien tel geste solennel exprimait l’amour de Dieu pour l’humain. Si nous envisageons par exemple la manière qu’il avait de toucher les corps (ex : les malades, les disciples lors du lavement des pieds) ou de se laisser toucher par les autres (ex : une prostituée, à genoux, lavant les pieds de Jésus avec du parfum et les essuyant avec ses cheveux), nous voyons clairement qu’il acceptait une certaine intimité avec l’autre. Contrairement à la morale de son époque, Jésus a dû faire comprendre – et faire expérimenter - à ses disciples la possibilité de solenniser le rapport à la réalité et donc, aussi, d’y expérimenter un rapport renouvelé avec son propre corps, ses propres sens. Ce corps, ces sens sont les lieux où le Père-Amour habite, est présent.

Nous voilà donc face à une théologie où les sens - et donc aussi le corps libidinal (avec toute son ambiguïté mais aussi dans la beauté de sa densité de corps) – devrait être mis en avant. Pour être compris, telle pratique rituelle – et donc tous les sacrements – doit intégrer l’attention – l’amour ! - pour ce qui est vraiment re-visité. C’est le front qui reçoit l’onction ; c’est le corps qui est plongé dans l’eau ; c’est la bouche, l’estomac, le corps qui reçoit et mange l’eucharistie comme nourriture. Par le mariage, c’est chaque personne (et donc aussi dans sa réalité sexuée ) qui est revisitée comme une quasi-coïncidence entre le contact de la peau et le toucher divin. Et tout ça pour pourquoi ? Pour que, au cœur d’une expérience d’amour, notre « JE en devenir » puisse proclamer « JE SUIS » à côté d’autres « JE SUIS ».
Pour être compris, on saisit mieux l’importance d’une communauté où est rendue possible cette compréhension profonde des gestes. Il faut une communauté qui soit animée par cette reconnaissance de la profondeur, de la sincérité de tel geste; des gestes qui, vraiment, professent que chaque homme, chaque femme est appelé à devenir « lui » à côté d’autre « lui », « elle », « nous ».

Luc Palsterman
Utilisateur habitué
Utilisateur habitué
 
Messages: 83
Enregistré le: 03 Nov 2006 19:50
Localisation: Brabant-Wallon LLN
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Religion catholique

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Luc Palsterman » 08 Juil 2012 02:01

"Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas (Mt 19,6). La règle du mariage indiscoluble s'imposerait-il à tous?
Petite faille dans la muraille: ces propos sont accompagnés de deux phrases: "Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné (Mt 19, 11). Et plus loin: "Que celui qui peut comprendre comprenne".
Seulementl le texte évangélique en grec, lu en ne séparant pas du contexte des écritures hébraïques, nous offre une autre lecture. Il ne s'agit pas ici de "comprendre", mais de "contenir". "Tous ne contiennent pas cette parole, mais ceux auxquels c'est donné." et au verset suivant: Qui peut contenir, qu'il contienne." Bibl: Marier Balmary in Le monde des religions, "le massage de Jésus, les 8 clés de son enseignement." Hors série; p.82-83
Comprendre peut être une obligation. Contenir ne saurait l'être. En grec, choreo veut dire "contenir", "avoir de la place pour".
On ne peut reprocher à un flacon de 30 cl de ne pas en contenir 60.
Une relation durable ne dépend pas de la maîtrise, mais de la croissance. Que personne ne se sente tenu d'unepar une parole qu'il n'a pas la place de contenir.

aragorn1976
Utilisateur occasionnel
Utilisateur occasionnel
 
Messages: 2
Enregistré le: 06 Nov 2012 19:08
Catégorie: Parent
Matière: Autre (parent / élève / autre cours)

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar aragorn1976 » 06 Nov 2012 19:37

Vraiment triste d'imaginer que M. Palsterman pense que son message puisse être utile à quelqu'un.
En revanche, il montre bien que l'enseignement de la religion est toujours problématique quand il est dispensé dans une institution confessionnelle et bien souvent extrémiste (existe-t-il encore des catholiques modérés ? - des chrétiens qui ne sont pas des crétins ?).
Par ailleurs, comment le SeGEC ose-t-il, dans son communiqué, évoquer l'absence de discrimination dans la sélection des dirigeants de l'enseignement catholique ? Lisez un appel à candidature et reportez vous aux profils recherchés : on demande toujours de bons cathos. Dans les faits, les beaux discours tels que ceux de M. Palsterman se révèlent tellement creux !
Heureusement, dans les écoles, ces gens-là sont bien seuls et on les tolère comme jadis on le faisait de l'idiot du village...

Hood
Utilisateur occasionnel
Utilisateur occasionnel
 
Messages: 1
Enregistré le: 02 Juil 2009 19:52
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Religion catholique

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Hood » 11 Jan 2013 14:36

Ce n'est pas par rapport à Mgr Léonard qu'il faut se faire sa doctrine mais par rapport aux actes et paroles de Jésus-Christ. Et là, malheureusement pour certains, il n'y a pas d'échappatoire possible. Le mariage est indissoluble.
A chacun donc de savoir quel conportement adopter. Il me semble que dans l'idéal un professeur de religion se doit d'être honnête envers lui-même. Personnellemeent, placé devant un tel choix, j'aurais demandé à être déchargé de mes cours de religion pour ne conserver que les autres cours (latin et français).

Avatar de l’utilisateur
Lucy
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 13 Mar 2005 18:43
Localisation: Liège
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Français

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Lucy » 12 Jan 2013 16:42

Monsieur Palsterman enseigne en Haute Ecole à des futurs profs de religion. Pas en secondaire. Il est normal que le niveau soit autre.

Mais c'est vrai que souvent les théologiens ont un langagae hermétique. Ils jonglent avec les mots savants et pensent qu'il en est de même pour tous. :wink:
http://argali.eklablog.fr/

MERCI DE COMPLETER VOTRE PROFIL AFIN QUE NOUS PUISSIONS VOUS AIDER AU MIEUX DANS VOS RECHERCHES, VOS DEMANDES, ... !

Luc Palsterman
Utilisateur habitué
Utilisateur habitué
 
Messages: 83
Enregistré le: 03 Nov 2006 19:50
Localisation: Brabant-Wallon LLN
Catégorie: Enseignant
Matière: Secondaire Religion catholique

Re: Les divorcés devraient renoncer à donner cours de religi

Messagepar Luc Palsterman » 01 Avr 2013 03:06

Un langage hermétique parce que j'enseigne en Haute Ecole? Et vous croyez que mes 26 années dans le qualifiant (technique et professionnel) et dans le général ne sont pas des bases crédibles pour mon enseignement dans le supérieur? Il y a des gens qui, semble-t-il, jugent très vite, qui, surtout, refusent de reconnaître un minimum d'écart entre une réflexion de fond et celle qu'il faut, évidemment traduire lorsqu'on donne cours. Certains ont-ils déjà fait la part des choses entre une "analyse matière (qui peut être franchement théologique, rigoureuse) et la traduction de celle-ci en "contenu didactique"? Le cours de religion devrait-il être différent des autres disciplines qui, toutes, préconisent de faire une analyse-matière avant de déterminer un objet d'apprentissage adapté aux élèves? Je suis désolé de le rappeler. Quand j'écris à des profs, je m'adresse à des gens formés. Si certains éprouvent des difficultés à me comprendre, il y a effectivement un problème. Mais je le situe ailleurs. Dans les critiques que je lis par rapport à mes propos, je découvre que certains avis sont décidément très éloignés de ce que j'ai déjà offert à Enseignons-Be, au cours de religion en général et principalement sur "Reliprofs". "Jef", une fois encore, tu me craches ton fiel, mais je suis pourtant d'accord avec certains de tes propos. Quant à toi, Lucy, sache que mon langage "scientifique" devrait être compris - moyennant un minimum d'effort de compréhension - par tous les profs de religion. S'il ne l'est pas, c'est peut-être d'abord parce qu'il y a un manque de formation théologique. Je suis sensé m'adressé à des gens compétents. Mais cet écart de compréhension est dur à admettre, hein? Mieux vaut décréter qu'un tel parle un langage bizarre que d'admettre que, décidément, le cours de religion mérite un peu de formation de base. Une formation nécessite toujours un effort de traduction pour se faire comprendre par des élèves du secondaire. C'est le travail de tout enseignant adulte. Ne me demandez pas d'être Physicien, mathématicien. Soyons porteurs d'un langage précis en matière de la didactique du cours de religion. Quant à l'éternel débat sur l'existence ou non du cours de religion, je rencontre suffisamment de profs de qualité pour oser exprimer mon ras-le-bol contre ces gens qui ne tiennent décidément aucun compte de l'excellence du travail qui s'effectue dans beaucoup d'endroits. J'en ai marre de devoir subir ces éternelles remises en question qui, à bien y regarder, se fondent très souvent sur des clichés qui circulent contre l'Eglise, contre la morale sexuelle, contre l'institution Eglise et qui, par répercussion s'acharne contre les profs de religion et... de morale laïque. Est-ce que vous vous rendez compte du mal que vous nous faites? Espérons que le projet de Marie-Dominiue Simonet va passer, va pouvoir se concrétiser.

PrécédenteSuivante


Retourner vers Religion catholique

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré