TIC
26 Jan 2006

Les élèves maitrisant l’informatique obtiennent de meilleurs résultats

eleve TIC L’usage de l’informatique par les élèves améliorerait leurs performances aux tests internationaux. L’OCDE publie, à grands renforts de chiffres, les résultats de son enquête sur l’aptitude des élèves à affronter « un monde riche en technologies ». Se posent alors la question de l’état de la diffusion des TIC et de la facilité d’accès aux ordinateurs en Belgique ?

Les élèves qui maîtrisent l’informatique obtiennent de meilleurs scores à l’école, selon une étude de l’OCDE Les élèves qui utilisent régulièrement un ordinateur obtiennent en général de meilleurs résultats dans les matières clés que ceux qui n’ont qu’une expérience limitée de l’informatique ou manquent de confiance pour exécuter des taches élémentaires avec un ordinateur, selon une nouvelle étude de l’OCDE

La pratique de l’ordinateur rend bon en maths, selon l’OCDE

Les adolescents de plus de quinze ans sont désormais majoritairement familiarisés aux nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC), même si des inégalités subsistent entre pays riches et pauvres, ainsi qu’entre les foyers de niveau socio-économique différents. L’accès à l’ordinateur reste plus important à l’école qu’au foyer mais de fortes progressions ont été constatées dans les deux lieux, depuis 2000. Les étudiants de plus de quinze ans utilisent d’abord l’informatique pour « chatter » (dialoguer en direct), surfer sur Internet, jouer ou travailler sur des applications bureautiques comme le traitement de texte. Si la majorité utilise l’ordinateur pour étudier, à peine 15 % recourent à des applications pédagogiques.

Et en Belgique ?

Plus de 90% des élèves auraient accès à un ordinateur, plus facilement à l’école qu’à la maison d’ailleurs, d’où l’importance de projets tels que Cyberclasses. C’est une progression assez nette, de près de 10%. Il y aurait approximativement 0,15 ordinateur par élève. La composante socioéconomique est évidente, dans la mesure où les personnes ne possédant pas d’ordinateur à la maison sont aussi les plus défavorisées socialement.

Notre pays se situerait dans la moyenne à plusieurs niveaux : pour l’accès à un ordinateur à domicile (même si la calculatrice reste le premier outil utilisé !) ainsi que pour l’accessibilité des ressources informatiques à l’école.

L’ordinateur rendrait donc intelligent ? A tout le moins en mathématiques et en sciences. Il serait intéressant de voir en quoi l’influence de l’ordinateur est ou pas néfaste pour l’apprentissage du français, des langues étrangères (l’anglais pour ne pas le nommer). De plus, comme toutes les études internationales de l’OCDE, il convient d’adopter une attitude de prudence face à ces affirmations « sensationnalistes », aux chiffres avancés et aux variables sociologiques abordées. On a déjà connu par le passé l’interprétation abusive – relayée par la presse – des résultats de nos élèves aux épreuves de lecture …

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.