14 Nov 2008

Elections 2009 : le CDH propose…

Le parti chrétien aura l’honneur de clore notre série « Élections » de ce mois de novembre. Il va de soi que nous reparlerons du programme des différentes formations politiques très bientôt.

Comme le PS, le CDH est au pouvoir depuis 2004. Il devra donc tout à la fois présenter un programme original et consistant et défendre son bilan des cinq dernières années, principalement dans l‘enseignement supérieur où il a envoyé une ministre en la personne de Marie-Dominique Simonet. La tâche sera plutôt ardue, d’autant que nos amis humanistes, dont on connait les liens privilégiés qui les unissent au réseau libre, se devront de soutenir leur camarade Christian Dupont et son désormais célèbre décret qui lui a valu de se mettre l’ensemble de la classe scolaire catholique sur le dos.

Reste que le centristes ont bien mené leur barque, lançant il y a quelques mois les « Assises de l’enseignement« , une série de rencontres, colloques et débats destinés à récolter les nombreuses questions des professionnels de l’éducation. Une initiative jugée intéressante d’autant que le parti n’aura que l’embarras du choix pour y puiser matière à programme.

1. En premier lieu, le CDH veut renforcer la qualité de l’enseignement. Il propose pour cela de laisser davantage d’autonomie aux directeurs et autres préfets. Il souhaite également imposer une évaluation collective externe en 3e et en 6e année, allant donc plus loin que Christian Dupont qui n’a proposé jusqu’à présent que son « Test d’Enseignement secondaire supérieur« .

2. Les chrétiens-humanistes ont également leur petite idée pour revaloriser l’enseignement technique et professionnel : une refonte des deux filières en une seule. Cet « enseignement technologique et spécialisé » (nom proposé par le CDH), débarrassé de l’étiquette « filière de relégation » mettrait l’accent sur les partenariats écoles-entreprises, en vue d’une meilleure formation des élèves mais aussi d’un meilleur ajustement « offres-demandes » des marchés. Il est ainsi inutile de continuer à former des jeunes dont on sait pertinemment qu’ils ne trouveront pas d’emploi.

3. Une des -nombreuses- faiblesses de notre enseignement reste la remédiation. Cette dernière n’arriverait que trop tard (quand elle arrive). Le CDH veut une remédiation constante dans chaque école, assumée par un renfort d’enseignants. Cette mesure ne concernerait pas uniquement les écoles en D+ mais aussi toutes les autres accueillant une part importante d’élèves en difficulté. On parle de 40% des établissements scolaires. Les humano-centristes ne disent pas comment ils financeront cette mesure ni où ils trouveront les enseignants. A l’heure où les néolibéraux (Aernoudt, Destexhe…) tirent à boulets rouges sur les fonctionnaires, jugés trop nombreux et peu efficaces, cette proposition a de fortes chances de ne pas passer la rampe.

4. Comme les trois autres formations, le CDH souhaite valoriser le métier d’enseignant. Pas question d’une revalorisation salariale, Marie-Dominique Simonet estimant que la liaison de la dotation de la Communauté française à l’évolution du PIB permet aux enseignants de bénéficier, comme tous les travailleurs, de l’évolution du bien-être. La ministre préfère mettre l’accent sur la carrière du prof et son travail quotidien. Une vaste campagne d’attractivité du métier pourrait être lancée très bientôt. Reste à voir ce qui, pour le moment, est attractif dans cette profession tellement méprisée et difficile. Comme on dit : « on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ».

5. Enfin, même s’il ne le dit pas trop fort, le CDH se réserve le droit de revoir l’ensemble du système d’inscriptions en 1ère année du secondaire. Comptons sur les lobbies catholiques pour le rappeler à l’ordre en cas de trou de mémoire post-électoral.

Alors, le CDH toujours aux affaires en 2009? A en croire l’opposition (libérale, surtout), un accord aurait déjà été signé entre les humanistes et les socialistes. Les deux formations auraient promis de repartir ensemble pour un nouveau bail de 5 ans en cas de résultats honorables. A l’électeur d’autoriser ou non pareille aventure.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.