12 Déc 2009

Le catch, la nouvelle mode des cours de récré

cartes catchAprès les Pokémon et les cartes Pixar, la mode est aux stars du catch américain. Oubliés les mignons Pikatchu, Poussifeu ou Grodoudou. Place à John Cena, The Miz, Triple H ou encore Undertaker, les héros de la collection “Catch slam attax« . Pas vraiment beaux et même carrément repoussants, ces catcheurs réalisent un carton, depuis le début de l’année, dans les cours de récréation, particulièrement chez les 8-12 ans.  Le but du jeu est simple : 172 cartes à collectionner, dont certaines assez rares. Et elles se vendent par brouettes entières.

Que penser de ce nouvel engouement? S’il était assez compliqué d’imiter son Pokémon préféré (certains crachaient du feu ou dormaient deux jours d’affilée), il est plus aisé de reproduire avec ses amis les combats de ses catcheurs favoris. D’autant que, parallèlement au jeu de cartes, une chaîne de télévision retransmet les shows de la discipline à une heure de grande audience, le samedi en début de soirée. Et que les enfants regardent, parfois avec la bénédiction des parents.

Moi, je laisse mon gamin (Florian, 6 ans) regarder le catch Je n’ai pas de souci avec ça, parce que je trouve que c’est bien fait. Et puis, il y a des avertissements qui disent bien qu’il ne faut pas répéter ces gestes à la maison. Ce n’est pas trop tard dans la soirée. Alors, pourquoi pas ? ((Martine, maman de Florian – Vers l’Avenir – 26.11.09))

Du coup, dans certaines écoles, des institutrices ont vu, médusées, des gamins se jeter sur d’autres enfants, depuis un muret, imitant ainsi les prise observées la veille à la télévision.

Les jeunes imitent ce qu’ils voient. Mais ils ne réalisent pas que les catcheurs sont de vrais sportifs, qui s’entraînent. Les quelques cas de violence rapportés entre élèves n’étaient d’ailleurs pas le fait de violence mal intentionnée. Mais résultaient de la volonté de faire « comme « ce qu’ils ont vu à la télévision. Sans que les élèves ne prennent conscience que ce n’est pas un jeu : on peut vraiment se faire très mal. Maintenant, la question peut se poser : est-ce bien ce genre d’émission que les parents doivent laisser regarder à leurs enfants ? Personnellement, je ne le pense pas. Mais les conséquences, les parents l’oublient aussi, c’est souvent à l’école qu’elles surgissent. Et les professeurs et éducateurs doivent composer avec… ((un directeur d’école – idem.))

Autres conséquences : le vol et le racket. Dans certaines écoles, ces jeux sont interdits pour éviter les débordements. Certains jeunes n’hésitant pas à malmener le propriétaire d’une carte rare convoitée. D’autres échangeraient même des objets personnels – quand ce n’est pas de l’argent, directement –  contre certaines cartes…

Il revient aux enseignants de discuter avec leurs élèves des dangers d’un tel jeu et des valeurs que ce dernier véhicule. Leur portée éducative étant nulle pour un enfant de primaire, il est important de mettre des balises afin que ce qui ne devrait être qu’un banal passe-temps ne se transforme en enfer, pour les parents mais aussi pour les enfants. ((Vers l’Avenir – 26.11.09))

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.