30 Mai 2010

Le blocus étudiant a commencé : attention à l’alimentation

De nombreux étudiants du supérieur entameront dans les prochains jours leur période d’examens, mettant fin à une longue période de blocus. Leurs cadet du secondaire commencent les révisions dès lundi prochain. L’heure des piles de cours et du silence imposé dans la maisonnée est arrivée. Et pour se préparer au mieux à l’étude intensive – et au stress qui l’accompagne -, il convient de respecter quelques petites règles qui, bien souvent, sont pourtant négligées par les étudiants. Ainsi, surveiller son alimentation est essentiel pour l’organisme. Michel Lievens, nutrisioniste :

Dans ce domaine, la période est propice aux dérapages. On mange encore plus vite que d’habitude, par manque de temps. Pendant quelques semaines, on passe le plus clair de ses journées à étudier et à dormir. Les étudiants ne passent guère par la cuisine. Ils privilégient le fast-food, les sandwichs avec charcuterie, et oublient les repas complets. Alors que cela devient déjà, aussi, une tendance générale dans la population, elle est ici encore renforcée.

La bonne forme physique et mentale ainsi que la concentration de nos élèves et des étudiants en général dépendent pourtant du soin qu’ils apporteront – ou papa et maman – à son alimentation. Veiller à prendre quatre repas par jour. Consommer régulièrement des féculents et des fruits et des légumes frais sont des conseils de base à appliquer toute l’année mais plus encore en période de blocus.

Pas de recettes miracles !

A bannir : toutes les sucreries et les boissons sucrées telles que le coca-coca. Elle causent une baisse de glycémie, préjudiciable à la concentration.

En revanche, et à doses raisonnables, le café et le thé peuvent avoir des effets bénéfiques.

C’est bon pour l’attention, la concentration. Cela ne pose pas de problème à partir du moment où l’on n’exagère pas. Mais si l’on en prend trop, cela a pour conséquence l’effet contraire. On a alors tendance… à s’endormir.

Rappelons aussi que les produits miracles n’existent pas. De nombreux jeunes penseront à tord avoir découvert le produit magique qui leur permettra d’étudier des nuits entières. Vitamines, boissons énergisantes, drogues (comme les amphétamines…) sont alors portés aux nues. Avant de vite déchanter. Car aucun produit ne viendra compenser un blocus mal préparé et toutes les vitamines du monde ne pourront rien le jour de l’examen.

A noter que le sommeil doit être régulier et réparateur. Il ne sert à rien de potasser toute la nuit. Il faudra de un à trois jours pour rattraper une nuit blanche. Un étudiant averti… ((Le Soir – 30.05.10))

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.