Allonger les études d’instituteur, la FEF dubitative

Faire passer les études d’instituteur et de régent de 3 à 5 ans? La FEF (Fédération des Étudiants Francophones) n’est pas convaincue. L’organisation étudiante mène actuellement une vaste enquête dans les hautes écoles afin de recueillir le sentiment des futurs enseignants… et peser le pour et le contre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les étudiants sont plutôt perplexes, a expliqué le président de la FEF, Michaël Verbauwhede. Selon lui, le ministre va vite en besogne lorsqu’il affirme qu’il y a consensus sur l’idée d’allonger les études.

Parmi les arguments souvent avancés par Jean-Claude Marcourt, le ministre de l’Enseignement supérieur, il y a la nécessité de s’aligner sur les études organisées dans les autres pays européens. Est-ce obligatoire? Non, répond la FEF.

Et la formation des profs? Sera-t-elle améliorée si elle est allongée de deux ans? Pas sûr. La formation pourrait aussi être aménagée sans prolongation de la durée des études. Si prolongation il y avait, elle devrait surtout permettre d’alléger les horaires des cours, qui mobilisent aujourd’hui de 8 heures à 18 heures des étudiants surchargés, sans compter les stages et autres travaux, souligne la FEF.

Renforcer ou non les stages

Seulement voilà, une fois sortis de l’école, nombreux sont les jeunes profs à estimer que leur formation n’a pas été suffisante. La plupart regrettent de ne pas avoir été formés aux nouvelles pédagogies, aux techniques de remédiation. Certains auraient aimé pouvoir suivre un véritable cours d’ouverture à la diversité culturelle, ce qui leur aurait permis de mieux comprendre les us et coutumes des populations issues de l’immigration. Côté stages, il serait bon de les renforcer.

Autre problème épinglé par la FEF : le cout* de ce nouveau cursus. Certains étudiants auront-ils encore les moyens de s’offrir une formation d’enseignant, surtout les jeunes de condition modeste? Les études sont chères et deux années d’études supplémentaires impliquent deux années de cout* de stages (matériel pédagogique, photocopies, déplacements,etc.) mais aussi de couts* indirects tels que le logement ou le transport. ((Communiqué de presse FEF – 23.03.11))

Une augmentation salariale? Pas pertinent

Par ailleurs, une potentielle augmentation salariale due au changement de barème ne semble pas être une raison suffisante d’étudier deux années supplémentaires.

C’est après avoir reçu 400 réponses des étudiants consultés que les responsables de la Fédération ont tiré ces conclusions. Ils espèrent terminer leur enquête d’ici Pâques. En attendant, ils exposeront leur point de vue aux représentants du ministre la semaine prochaine. ((Le Soir – 23.03.11))

* coût

Les mots suivis d’un astérisque sont écrits en accord avec l’orthographe réformée.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.