Représentation étudiante : le décret se confirme

Marcourt

MarcourtLa FEF (Fédération des étudiants francophones) et l’Unecof (Union des étudiants de la Communauté française) pourraient bien ne plus être les seules organisations étudiantes représentatives reconnues au niveau communautaire, à la rentrée 2012. Un avant-projet de décret relatif à la participation étudiante dans l’enseignement supérieur prévoit d’abaisser le seuil de représentativité de 20% du nombre d’étudiants à 10%.

Une exception est tout de même prévue dans le texte pour les organisations qui étaient reconnues à la date du 30 juin de cette année. Elles seront protégées jusqu’au 30 juin 2013. Un cadeau à l’Unecof qui, on le sait, ne représente plus 20% des étudiants de la Communauté française – elle n’en fédère « que » 30.000 alors que la FEF en rassemble quatre fois plus – et qui, sans cette faveur, risquait d’être privée de ses subsides à la rentrée prochaine.

Autre changement : ce sont dorénavant les étudiants qui se prononceront directement… et non plus via leurs représentants élus au sein de chaque conseil étudiant des universités ou hautes écoles. Jean-Claude Marcourt, ministre de l’Enseignement supérieur :

Il était prévu d’évaluer le décret participation. Nous l’avons fait sur base quantitative. Nous nous sommes aperçus que l’implication des étudiants n’était pas toujours suffisante. Le nouveau système vise notamment à l’augmenter et non, comme cela a été dit, à affaiblir le monopole de la FEF. C’est un procès d’intention.

On risque d’éclater le mouvement étudiant

Pour le ministre, il s’agit donc d’assurer une meilleure représentation démocratique des étudiants. Mais d’aucuns pointent le risque d’atomisation de la représentation étudiante, alors mue par des intérêts localistes – représentation d’universités ou d’écoles supérieures – ou communautaristes – représentation de spécialités. De son côté, l’Unecof estime que le décret va dans le bon sens mais préférerait, au mode d’élection directe, un système de « grands électeurs ». La FEF se dit disposée à travailler à l’amélioration de la participation, mai regrette que les propositions émanent du cabinet et non des étudiants, pourtant directement concernés. ((Le Soir – 13.05.11))

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.