09 Avr 2013

Si je le crois, il est foutu

LivreCarte blanche de Benoit Wautelet, maitre-assistant en langue française HELHa (Braine-le-Comte), Catégorie pédagogique. Identifiant twitter : @WauteletB.

« Quand un gosse m’annonce : j’aime pas lire; si je le crois, il est foutu », provoquait Daniel Pennac dans une interview. Il a sans aucun doute raison : les enjeux et les intérêts liés au gout de lire sont trop importants que pour être balayés d’un revers de la main par une assertion bien souvent péremptoire.

Laisser le choix, quand c’est possible

Les enfants et les adolescents (cette remarque ne vaudrait-elle pas également pour beaucoup d’adultes ?) affirment souvent trop vite qu’ils n’aiment pas lire : bien souvent, il s’agit plus d’une bravade que d’une vérité vraie. Interrogeons rapidement nos pratiques de classe pour analyser cette réponse trop souvent entendue que pour être parfaitement honnête. Dire j’aime pas lire est une formulation incomplète. Je n’aime pas lire, certes. Mais qu’est-ce que je n’aime pas lire ? Et qu’est-ce que j’aime lire ? L’école n’a-t-elle pas tendance à toujours proposer la même porte d’entrée vers l’écrit ?

Or il faut, idéalement, varier le plus possible les genres de textes proposés aux élèves, et laisser le choix quand cela est possible. Nos livres préférés sont bien souvent ceux que l’on a nous-mêmes choisis. Une bibliothèque de classe (et/ou d’école) riche, accessible, en constante évolution (les services de prêt communaux acceptent volontiers d’amener des livres en classe et de les renouveler deux fois par mois, souvent sans aucun frais) constitue une porte d’entrée indispensable (la porte de devant) vers le livre.

Ne pas oublier l’écriture

Imagine-t-on une bibliothèque avec un seul rayon? Non, il faut proposer des textes narratifs, des documentaires, du théâtre, de la poésie (même si, à titre personnel, un instituteur n’aime pas la poésie, à titre professionnel, il est de son devoir d’en montrer aux élèves, d’en lire, d’en « analyser » en classe), de la prose, des vers, des rimes, des jeux de mots, des textes bourrés de néologismes, des livres imagés, des albums, des classiques

Une autre porte d’entrée (celle de la véranda) vers la lecture est l’écriture. Ces deux activités sont intimement liées. Je lis pour écrire, j’écris à partir de mes lectures, je lis, donc j’ai envie d’écrire. Puis-je écrire un conte sans me baigner de modèles dans lesquels je puise inspiration et caractéristiques ? Il est également indispensable de lire des textes complets et pas seulement des extraits de livre.

Ne pas redouter la cote du professeur

Dans le primaire et le secondaire, ose-t-on (y encourage-t-on d’ailleurs vraiment les enseignants ?) (faire) lire un livre entier en classe ? Il y a quelques années, la Communauté française avait tenté de lancer le mouvement : pour préparer les évaluations interdiocésaines, un cercle de lecture autour d’un livre envoyé à tous les enfants (Susie Morgenstern, Lettres d’amour de 0 à 10) devait être organisé dans chaque classe.

Les cercles de lecture ne sont pas la panacée, mais ils pallient remarquablement les manques (et l’ennui ?) provoqués par les traditionnelles lectures silencieuses. Les cercles de lecture permettent à chacun de lire à son propre rythme, de se forger sa propre opinion du texte, de confronter ses hypothèses avec ses pairs, d’avouer qu’une question nous taraude, qu’un personnage nous déplait ou qu’un passage reste obscur sans avoir peur de le dire. En bref, ils permettent aux élèves d’échanger entre eux sans redouter la cote du professeur.

N’est-ce pas cela, aimer lire ? Prendre plaisir à discuter de ce que l’on a lu, confronter des hypothèses, argumenter et, au final, développer ses propres compétences de lecteur par la confrontation avec d’autres lecteurs. A nous, enseignants de tous les niveaux, de proposer des lectures adaptées à l’âge de nos élèves et des méthodologies propres à les motiver. Et si l’un d’entre eux nous rétorque qu’il n’aime pas lire, ne l’oublions pas, il est de notre devoir de ne pas le croire.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.