04 Juil 2013

Atteinte d’un cancer, la Ministre Simonet quittera ses fonctions le 17 juillet

SimonetL’information est tombée en fin d’après-midi. La Ministre de l’Enseignement obligatoire et de la Promotion sociale en Fédération Wallonie-Bruxelles, Marie-Dominique Simonet (cdh) a annoncé son intention de démissionner de ses fonctions le 17 juillet prochain. Atteinte d’un cancer, la patronne des enseignants devra subir, « au cours des prochains mois, une série d’interventions et de traitements longs et physiquement lourds ».

Sereine et combative face à la maladie

« La charge de Ministre de l’Enseignement, telle que je la conçois, implique un engagement total au service du monde enseignant, des élèves et des familles. Après avoir pris l’avis de médecins, j’ai dû constater qu’il ne serait pas possible de continuer à m’investir pleinement avant plusieurs mois. C’est donc avec regret et tristesse que j’ai pris la difficile décision de démissionner de mes fonctions ministérielles, en pleine concertation avec Benoît Lutgen, Président du cdH ». Mais si la Liégeoise se dit aussi « sereine » et « combative » face à la maladie, elle réalise malgré tout qu’il n’est pas simple de se faire à l’idée de ne pouvoir aller au bout de sa mission à la tête de ce département. « En effet, malgré les difficultés du quotidien, j’ai la conviction que la conduite de la politique éducative est certainement la plus belle et la plus importante fonction pour un Ministre, tout comme enseigner est le plus beau et le plus important des métiers pour l’avenir de notre société ».

Âgée de 53 ans, Marie-Dominique Simonet ne terminera sans doute pas la législature, elle qui était entrée en politique au lendemain des élections régionales de 2004. Il était sans doute écrit quelque part qu’elle quitterait un jour le Port autonome de Liège, dont elle était la directrice générale depuis 1996. Repérée par Joëlle Milquet – alors Présidente du cdH – ce petit bout de femme diplômée en droit de l’Université de Liège se voit alors proposer le ministère de l’Enseignement supérieur.

Qui remplacera la Liégeoise au gouvernement?

Cinq ans plus tard, elle succède à Marie Arena et Christian Dupont au poste de Ministre de l’Enseignement obligatoire. Le défi est immense : refonte du décret « inscriptions » (mais les parents grondent encore), généralisation des épreuves externes (CEB, CE1D, Tess), révision des programmes (réforme recalée par la Commission de pilotage), clarification et harmonisation des titres et fonctions (en cours)… Après quatre année, le bilan est mince. Mais la Ministre aura au moins eu cette intelligence de ne pas « décréter » à tort et à travers, elle qui admettait encore il y a quelques jours que « les pratiques qui doivent changer, ce sont celles sur le terrain, pas celles qu’on édicte dans des décrets. Toute une série de décrets de mes prédécesseurs avaient des visées très bonnes mais on constate que ces objectifs et ces visions ne sont tout simplement pas en pratique sur le terrain. Faire des décrets, aussi sympathiques qu’ils soient – et c’est l’expérience qui le montre -, cela ne percole pas sur le terrain ». Plus prudente que ses prédécesseurs, Marie-Do écoute, prend le temps. Les syndicats apprécient : « Avec elle, un dialogue est enfin possible » peut-on entendre…

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles se réunira une dernière fois en séance plénière le 17 juillet. La démission de Mme Simonet sera alors actée et son successeur prêtera serment devant les députés. Mais qui le patron des humanistes, Benoit Lutgen, choisira-t-il? La députée Julie de Groote, cheffe de groupe au Parlement de la Communauté française? Ou alors Catherine Fonck, élue au fédéral et ancienne Ministre communautaire de l’Enfance, de l’Aide à la Jeunesse et de la Santé? Certains pensent aussi à Marc Elsen – qui quitte pourtant cet été ses fonctions de député pour se consacrer au mayorat de la ville de Verviers – et à Maxime Prévot, député-bourgmestre de Namur. Mais à ce stade, toute spéculation est vaine. Nous en saurons plus dans quelques jours…

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.