26 Nov 2013

Les enseignants réinventent l’école avec Ecolo

« Ma proposition, c’est de favoriser l’enseignement en binôme, dans le secondaire. Avec deux professeurs, gérer une classe, même deux fois plus peuplée, apporte un plus non négligeable. Cette manière d’enseigner est en outre, symbolique de la manière dont fonctionne, effectivement, la société. Elle permet aussi de se présenter devant la classe de manière plus détendue. Elle est également une belle façon de montrer que la vérité n’est pas univoque, mais qu’elle se cherche à plusieurs ».

Partir des idées des enseignants, sur le terrain

« Moi, ma proposition, c’est de mettre fin au système archaïque des nominations qui entraîne 1) la démotivation des enseignants qui attendent leur nomination, bloquée parfois par un prof parti pour d’autres horizons mais qui garde sa place au chaud. 2) le déplacement des profs comme des pions au gré des allers-retours des nommés, sans considération aucune pour les enseignants ballottés ni pour les élèves qui changent d’enseignant en dernière minute. 3) l’absence de pouvoir de décision et d’injonction de la part des directions ou des P.O. sur les profs nommés puisque ceux-ci savent qu’ils ont une immunité quasi totale et dont certains abusent. 4) le maintien en place des profs, bons ou mauvais, là où justement les enfants, qui sont ce que nous avons de plus précieux, devraient bénéficier toujours des meilleurs. Pourquoi dans le privé, devrait-on sans cesse donner le meilleur de soi, et dans l’enseignement, qui est pourtant le métier le plus important, on a le droit de s’asseoir sur sa motivation sans aucune conséquence ? »

Ces idées vous plaisent… ou vous choquent? Elles ont pourtant été déposées par deux de vos collègues. Et elles sont issues du site K d’école mis en ligne par Ecolo en vue des prochaines élections de 2014. En quelques semaines, la plate-forme a déjà recueilli plus d’une centaines de propositions touchant à tous les domaines de notre enseignement, comme la formation initiale des professeurs, la question des rythmes scolaires, l’enseignement qualifiant ou la lutte contre l’échec scolaire.

Objectif d’Ecolo : puiser des idées pour rédiger son programme électoral

« Le mot « K d’école » signifie deux choses, nous explique la co-présidente du parti, Emily Hoyos. C’est d’abord que nous allons faire grand cas de l’école, lui donner de l’importance. Et en même temps, chaque bonne pratique, chaque expérience, chaque échec aussi… est en soi un cas d’école, entendez par là que l’on apprend à chaque fois quelque chose ».

La démarche écologiste est simple : partir du terrain, recueillir un maximum d’idées qui seront ensuite compilées, analysées et puis présentées à tous les acteurs de l’enseignement (associations de parents, pouvoirs organisateurs, syndicats…), avant d’être finalement traduites en propositions politiques. « La vocation des politiques n’est pas d’éditer des recueils de bonnes pratiques. Notre boulot, c’est, sur base des expériences positives et des échecs, d’identifier, justement, le rôle des politiques. Qu’est-ce qui fait que cette initiative pédagogique fonctionne ici et pas ailleurs? Quel est le tabou à faire sauter pour que ce qui est unique puisse devenir structurant? »

Évaluer la pertinence de chaque proposition

Pour chaque proposition, le contributeur est invité à expliquer, en quelques mots, la réforme qui devrait être entreprise, à évaluer sa pertinence et les éventuels obstacles qui pourraient rendre sa mise en œuvre compliquée. Ainsi, Frédérique est d’avis qu’il serait judicieux de supprimer les cours philosophiques actuellement dispensés dans nos écoles. Ces heures récupérées permettraient de mettre en place de la remédiation, par exemple, ou d’autres activités de promotion de la citoyenneté. Mais l’enseignante comprend aussi que cela posera un problème en terme d’emplois pour tous les professeurs de religion ou de morale.

Chaque idée peut être soutenue, un peu à la manière d’un « like » sur les réseaux sociaux. Ainsi, la proposition de Michel de mettre en place un cadastre des places disponibles par commune, au sein de chaque réseau, pour parer à pallier les pénuries surtout en région bruxelloise a déjà recueilli 68 voix.

De tables rondes en conférences, les Verts espèrent bien avoir suffisamment de matière pour rédiger un programme qui soit à la fois ambitieux et réponde aux attentes des enseignants.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.