21 Juil 2014

PTB et Ecolo perplexes devant l’Orange sanguine

BudgetL’accord de majorité 2014-2019 a finalement été rendu public. Socialistes et humanistes y ont détaillé leurs priorités pour l’enseignement. Ils s’engagent ainsi à recruter 750 nouveaux enseignants pour organiser de la remédiation dans les classes, en priorité en primaire, et durant les premières années du secondaire, à allonger la formation des futurs instituteurs et régents, en la faisant passer de 3 à 4 ans sous cette législature, à refinancer l’enseignement supérieur, etc.

Les promesses ont été accueillies avec une certaine fraicheur, tant par les professionnels du secteur que par l’opposition parlementaire. Si la déclaration de politique communautaire se montre ambitieuse, l’absence de perspectives concrètes en matière de financement peut inquiéter. Par ailleurs, aucun calendrier n’a été présenté. Tout au plus sait-on qu’il ne faudra rien attendre pendant les deux prochaines années. Le gouvernement devra en profiter pour tenter de réaliser quelques économies… Comment? On n’en sait rien. On imagine, on suppose… et c’est peut-être cela qui est terrible.

Le PTB, lui, n’attendra pas de découvrir le catalogue des horreurs avant de critiquer la communication du duo PS-cdH : « Ce dont nous avons besoin, ce sont des actes. Rappelons que le refinancement annoncé lors de la précédente déclaration communautaire n’est jamais arrivé. »

Le parti marxiste dénonce un projet d’austérité que le gouvernement voudrait nous servir « en entrée, en plat principal…et au dessert! »

Les écologistes « jugeront sur pièce »

Du côté d’Ecolo, on se montre prudent. « Concrètement, l’Orange sanguine nous resservira-t-elle des recettes du passé ou nous proposera-t-elle un menu innovant? (…) L’enseignement, qui ne doit pas être une variable d’ajustement budgétaire, sera-t-il réellement préservé? Il est difficile de répondre clairement à l’ensemble de ces questions à cette heure. »

Les Verts indiquent dans un communiqué qu’il entendent analyser ces nouveaux accords au regard des défis à relever, avec une attention particulière aux citoyens qui devront y contribuer et qu’il « jugeront sur pièce » les accords de majorité en Région wallonne et en Fédération Wallonie-Bruxelles. « Si, en première approche, plusieurs mesures annoncées peuvent apparaître positives et s’inscrivent dans une certaine continuité, d’autres propositions, de même qu’une série d’engagements manquants, sont beaucoup plus problématiques. »

L’opposition attend maintenant de la majorité qu’elle dévoile ses véritables intentions.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.