Attention : Vous vous trouvez sur la nouvelle version d'Enseignons.be présentée ici par son président. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous le signaler via notre formulaire de contact..
21 Déc 2014

Tracts syndicaux : il y a eu entorse à la neutralité

greve2012La Ministre de l’Enseignement obligatoire a confirmé, ce jeudi 18 décembre, en Commission de l’Éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, que la distribution de tracts syndicaux, par des enseignants, via les journaux de classe, aux élèves de l’Athénée Royal Marguerite Bervoets, à Mons, pouvait être considérée comme une faute, un manquement au principe de neutralité qui impose à chaque membre du personnel de s’abstenir de toute attitude et propos partisan ou militant.

Les enseignants ont réagi à des provocations

« Tout manquement à ce principe constaté par l’inspection pouvant faire l’objet d’un rapport adressé sans délai par la voie hiérarchique, la direction a donc été rappelée à l’ordre et priée de faire preuve de plus vigilance à l’avenir » a en outre précisé Joëlle Milquet, qui était interrogée par le député MR Georges-Louis Bouchez.

Le service général de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles devra rappeler les dispositions à respecter aux directions du réseau de façon à prévenir tout nouvel écart. Mais la Ministre a cependant tenu à relativiser la portée de cet incident, qui peut, selon elle, s’expliquer par les « provocations » venues du fédéral. « J’aimerais ajouter (…) que la meilleure des choses serait de ne pas provoquer les enseignants et de ne pas leur imposer au niveau fédéral des mesures inadmissibles. Il n’est pas étonnant que celles-ci puissent entraîner à un moment donné une émotion légitime. »

Un Ministre doit-il être neutre?

Et de poursuivre : « Le jour où la fin de carrière des enseignants sera respectée – sans leur ajouter quatre ans –, sans leur diminuer leur salaire en leur retranchant la bonification de diplôme, sans les obliger à prendre leur prépension dès l’année prochaine car ils n’auront plus l’occasion de le faire plus tard comme prévu, nous pourrons négocier! Ceci dit, le décret sur la neutralité doit être respecté. »

Des propos qui n’ont pas plu aux parlementaires libéraux, qui ont appelé la Ministre… à faire elle aussi preuve de neutralité. « Votre réponse comporte des contradictions. Vous confirmez qu’il existe un décret à respecter et en même temps vous affirmez que les enseignants subissent des choses terribles! » a aussitôt réagi M. Bouchez.

La réponse de Mme Milquet est surréaliste! Doit-on lui rappeler qu’elle n’a pas à utiliser sa fonction ministérielle comme une tribune pour faire passer ses opinions politiques au sein des établissements scolaires? Son rôle est de faire appliquer le décret Neutralité, pas de permettre l’instrumentalisation des élèves pour distiller une information incorrecte et partisane! D’autant plus que ce sont les mesures du fédéral qui permettront in fine à la Ministre de pérenniser les pensions des enseignants.

Joëlle Milquet assure être dans son rôle : un ministre n’est pas neutre et elle défend les enseignants. Mais on le voit, entre la majorité PS-cdH au pouvoir en Wallonie et à Bruxelles et le MR, dans la majorité fédérale, les rapports restent pour le moins tendus. Et ce n’est pas les récents mouvements sociaux qui réchaufferont les relations entre la Ministre et l’opposition.

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.