LES VACANCES: repos, étude ou les deux ? 10 astuces pour (re)donner le goût d’apprendre !

Le repos est vraiment essentiel à notre équilibre !

La bonne étude, bien dosée, bien organisée et bien pensée, aussi !!

Daniel Pennac dit :

Nos « mauvais » élèves (ceux réputés sans devenir) ne viennent jamais seuls à l’école. Ce sont des oignons qui entrent dans la classe :

Quelques couches de chagrin, de peur, d’inquiétude, de rancœur, de colère, d’envies inassouvies, de renoncements furieux accumulés sur le fond du passé honteux, d’un présent menaçant de futur condamné. »     

Un enfant qui a des difficultés scolaires est en souffrance et présente presque toujours un déficit de l’estime de soi.

Tous les enfants qui ont des troubles spécifiques de l’apprentissage comme les porteurs de dys-…, les TDA/(H), les HP ou les porteurs de troubles émotionnels sont des enfants INTELLIGENTS mais qui doivent fournir beaucoup plus d’efforts que les autres pour réussir.

Malheureusement, leurs efforts sont rarement reconnus et les résultats ne sont pas à la hauteur de ce qui est attendu. Ils s’épuisent alors et deviennent des enfants en souffrance.

 

Inspirée de mes lectures et de mon expérience de terrain, je vous partage 10 éléments essentiels à prendre en compte si vous ne savez plus quoi faire face à votre enfant, votre ado, vos élèves:

 Objectif : redonner le goût d’apprendre.

 

  1. Porter un regard positif pour aider votre enfant à reprendre confiance. L’estime de soi de l’enfant se construit dans le regard que portent sur lui les personnes qui l’entourent.
  2. Exprimer sa fierté. Un enfant a besoin de recevoir des félicitations, des encouragements, de la validation voire des récompenses pour ses efforts et pouvoir ainsi persévérer malgré les embuches.
  3. Valoriser. Sans modestie, sans croire que c’est trop ou que ce que l’enfant fait à son âge est normal. C’est grâce à l’attitude valorisante de son entourage, aux sourires et aux  clins d’œil  que l’enfant peut reprendre confiance en lui et dans les autres. Trouver l’énergie, la force et la volonté, la motivation de faire l’effort, quel qu’il soit.
  4. Avoir des gestes affectueux. Un contact physique régulier permet à l’enfant de sécréter de l’endorphine : cette hormone lui apporte réconfort et bien-être. N’hésitez pas : une main sur l’épaule ou entre les omoplates, sur la tête, un mini massage des épaules ou des bras est un complément non négligeable aux paroles valorisantes.
  5. Complimenter votre enfant. Verbalement mais aussi avec des petits mots. IDEE : LA BOITE A COMPLIMENTS. Procurez-vous ou fabriquez-vous une boîte dans laquelle vous mettrez des petits mots de renforcement positif.
    A chaque fois que votre enfant adopte la bonne attitude, a un bon comportement ou réussit à faire quelque chose, félicitez-le et placez dans sa boîte un petit mot :
    « Bravo pour … » ; « Je suis fier(e) de toi » ; « Je te félicite », …
    Votre enfant ou élève aura la possibilité de lire et relire ces messages valorisants, ce qui lui permettra de développer son estime de lui.
    On peut aussi adapter cette technique en « Boîte à qualités » et écrire les qualités de l’enfant ( ses points forts et ses points faibles, ce qu’on apprécie chez lui, …)
    Ce bricolage peut aisément être réalisé au sein d’une classe, pour faire un petit cadeau à quelqu’un, … N’hésitez pas à faire participer toute la classe, l’ensemble des professeurs ou si c’est au sein d’une famille, toute la famille
  6. Offrir un modèle positif. Que le progrès soit minime ou que la lenteur de l’évolution de l’enfant vous « agace », montrez-vous patient. La tolérance de l’erreur est importante car celle-ci fait partie du processus d’apprentissage. 
  7. Eviter la « comparatite », pas de comparatif ! Chaque enfant est unique. Il grandit à son propre rythme et c’est très bien ainsi ! Respectons-le et faisons preuve de patience. Cela ne veut pas dire que l’apprentissage n’est pas possible. Il suffit parfois d’aménager le temps, l’espace, la quantité des exercices, …
« Il n’y a pas de grande tâche difficile qui ne puisse être décomposée en petites tâches faciles. » M. RICARD.

8. Tenir compte de l’émotionnel de l’enfant. Les émotions ont un rôle fondamental dans       l’apprentissage. Il est nécessaire de pouvoir en faire des alliées.

9. Le profil d’apprentissage est très important.

                                        Visuel – Auditif ou verbal – kinesthésique.

 

10.Trouver des stratégies d’apprentissage adaptées.

Ce qui est valable pour un enfant ne l’est pas forcément pour l’autre mais ce qui est utile pour aider l’un peut aussi aider l’autre !

  N’hésitez pas à essayer, ça risque de fonctionner !

 « L’école devrait toujours avoir pour but de donner à ses élèves une personnalité harmonieuse et pas celui d’en faire des spécialistes. »                                                                                                                                                   Albert Einstein

 

Virginie Renard – Dys-Tribu – Enseignons.be

 

                                                   

S'abonner à notre newsletter

Recevez gratuitement les dernières actualités de l'enseignement dans votre boîte mail.