Salon Educ

Comment faire du pacte d'excellence un chef-d'œuvre?

Par Bruno HUMBEECK*

La révolution annoncée pour ce début d’année scolaire pourrait très bien se révéler un pétard mouillé s’il n’est question, à travers elle, que d’élargir le spectre des matières, d’allonger le tronc commun et de modifier le rythme annuel de l’année scolaire.

Ces changements sont sans doute importants mais ils ne concernent en définitive que le cadre de l’enseignement. Ce qui est fait à l’intérieur de ce cadre ne subira sans doute pas de métamorphose véritable tant que l’on n’aura, par exemple, osé agir ni sur la taille des classes ni sur le temps d’apprentissage scolaire quotidien de l’enfant et la qualité de cet apprentissage quand il est réalisé à la maison. 

En se bornant à modifier le contenu des matières et à aménager autrement le calendrier annuel de l’élève, on avance incontestablement dans le bon sens mais on aura peut-être juste, au bout du compte, donné l’impression d’un bouleversement profond en continuant à faire la même chose si on ne se préoccupe pas davantage de soutenir les enseignants quand ils sont confrontés à des élèves en difficulté ou quand ils sont eux-mêmes mis en en difficulté par des élèves peu réceptifs aux matières nouvelles indépendamment de la qualité des référentiels qui séquencent les différentes matières. 

On ne se sera alors préoccupé que de la surface des choses, en ne s’attaquant qu’à leur cadre sans s’attacher à soutenir leur réalisation concrète auprès de chaque élève et notamment, par exemple, de ceux qui sont en panne d’apprentissage mais demeurent mal visibles dans une classe trop peuplée ... 

La pédagogie présente à cet endroit un point commun avec l’art : une peinture ne devient généralement une œuvre qu’à travers la manière dont un artiste a exprimé son talent sur une toile et non pas par la façon dont celle-ci est encadrée... De la même façon, la qualité d’un enseignement s’évalue essentiellement à travers ce que fait l’enseignant dans sa classe pour que l’acte collectif d’enseignement qu’il produit puisse être reçu individuellement par chacun de ses élèves. Le cadre, là non plus, ne fait pas l’oeuvre. Il en fixe tout au plus les balises...  

C’est cela faire de la pédagogie. C’est cela, réaliser une « œuvre » éducative et pour qu’un enseignant puisse la réaliser au mieux, il faut évidemment éviter qu’il soit confronté à des classes surpeuplées ou qu’il se sente mal soutenu face à ceux qui, parmi ses élèves, apprennent plus difficilement. C’est en se préoccupant de l’acte d’enseignement, de ses conditions d’exercice et de la place qui doit être faite à l’innovation dans les manières de transmettre à la fois collectivement et individuellement les connaissances adaptées au monde dans lequel les enfants deviendront adultes que l’on fera réellement de la pédagogie.... 

Alors et seulement alors, on pourra évoquer un pacte d’excellence qui s’attache réellement à l’œuvre en ne se contentant pas seulement de lui fixer un cadre.


**********
  
* HUMBEECK Bruno est psychopédagogue et auteur de nombreuses publications dans le domaine de la prévention des violences scolaires et familiales, de la maltraitance, de la toxicomanie et de la prise en charge des personnes en rupture psychosociale et/ou familiale. Il travaille à l'université de Mons. 
Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Je refuse Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.