L’effet de l’activité physique sur le développement et la santé du cerveau

Article publié le 19/01/2016 sur la plateforme québécoise CTREQ - RIRE


Le lien entre l’activité physique et la prévention de maladies et de troubles comme le diabète, les maladies cardiaques et l’obésité est bien connu. Par ailleurs, les plus récentes recherches mettent en lumière les effets de l’activité physique sur le développement du cerveau de l’enfant. Ces découvertes permettent d’établir d’importants liens entre l’activité physique et l’apprentissage.


Dans un article publié par la Canadian Education Association, des chercheurs affiliés au Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute, rapportent les résultats de récentes recherches qui montrent les bienfaits de l’activité physique sur le cerveau. Selon eux, ces bienfaits se situeraient à trois niveaux :

  • L’activité physique entrainerait la formation de nouveaux vaisseaux sanguins (qui sont d’importants « réservoirs » de nutriments et d’oxygène) et de neurones (qui transmettent les influx nerveux) dans le cerveau. Elle serait également associée au développement, au maintien et à la plasticité du système nerveux.
  • L’activité physique aiderait à réguler la réponse de l’organisme au stress, ainsi qu’à augmenter le volume des parties du cerveau responsables de l’apprentissage et de la mémoire. En outre, elle activerait des parties du cerveau qui sont sollicitées lors d’activités cognitives telles que les mathématiques et la lecture.
  • Les effets de l’activité physique se manifesteraient également sur le plan comportemental, en améliorant notamment les fonctions exécutives et la capacité d’attention. Elle permettrait aussi de diminuer les comportements de dépression, d’anxiété et de détresse psychologique.


Quels types d’activité privilégier?

Pour retirer des bénéfices sur le plan du développement et de la santé du cerveau, les enfants devraient s’adonner régulièrement à des activités physiques d’intensité modérée à élevée. On entend par ce « intensité modérée à élevée » des activités qui font transpirer, augmenter le rythme cardiaque et accélérer la respiration.

Les enfants de 5 à 17 ans devraient faire au moins 60 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée par jour pour en ressentir les bénéfices sur le plan de la santé – et plus ils en font, mieux c’est!

Dans un même ordre d’idées, selon les données de recherches probantes, les enfants devraient s’adonner au minimum trois fois par semaine à des activités d’intensité élevée et à des exercices pour renforcir leurs muscles et leurs os. Les comportements sédentaires devraient être limités et un encadrement concernant le temps d’écran devrait être assuré (pas plus de 2 heures d’écran par jour).



Comment augmenter la présence d’activité physique à l’école et dans la classe?

Ajouter des séances d’activité physique dans la classe peut avoir des effets positifs immédiats et à long terme chez les élèves. Par exemple, l’enseignant peut faire réaliser différents mouvements aux élèves entre deux tâches plus sédentaires. Les possibilités sont nombreuses : aller monter des escaliers avec les élèves, leur permettre de travailler debout, installer un vélo stationnaire dans la classe pour que les élèves puissent, chacun leur tour, aller pédaler silencieusement pendant une partie de la période, etc.

Les auteurs de l’article encouragent également les enseignants à interroger les élèves sur les façons dont ils aimeraient intégrer plus d’activité physique dans leur classe.



Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Je refuse Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil.